Chaudron Vert

À l'attention des lecteurs sur mobile

La version mobile de Canalblog ne permettant pas d'avoir accès à la décoration et aux aspects visuels du blog, vous avez normalement devant les yeux un site à l'allure très neutre, de couleur bleue et blanche. Pour accéder au blog dans son apparence réelle, je vous invite à aller dans le menu déroulant situé en haut à gauche de votre écran et à sélectionner l'option "(version classique)". Bonne lecture !

Lecteurs

Posté par Antoine1708 à 18:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


02 décembre 2018

ASSE 3-0 Nantes : le compte-rendu

Le contexte.

Après une semaine noire ponctuée d'une défaite à Lyon dans le derby et d'une élimination à Nîmes en Coupe de la Ligue, les Verts retrouvent le Chaudron ce vendredi pour un grand classique du championnat de France. C'est en effet le FC Nantes qui se présente dans le Forez en cette quinzième journée de Ligue 1. Invaincus à domicile depuis le début de la saison, les hommes de Jean-Louis Gasset n'ont pas le choix et doivent impérativement renouer avec le succès, sous peine de voir les places européennes s'éloigner. Il leur faudra néanmoins se méfier de Canaris séduisants ces dernières semaines et métamorphosés par l'arrivée de Vahid Halilhodzic sur le banc. 

La compo.

Ménagés contre Nîmes en milieu de semaine, Wahbi Khazri, Loïs Diony et Rémy Cabella font leur retour dans le secteur offensif et seront accompagnés par Romain Hamouma. En défense, l'absence de Loïc Perrin est toujours compensée par Timothée Kolodziejczak, qui prend place dans l'axe et laisse le côté gauche à Gabriel Silva. 

Capture d’écran 2018-12-01 à 14

Le match en un mot : Déclic.

Face à des Nantais manifestement venus défendre le point du match nul, les Verts mettent le pied sur le ballon et prennent le jeu à leur compte dès le coup d'envoi. Il ne faut pas attendre très longtemps pour assister à une première situation chaude, mais la tentative de Khazri en angle fermé termine dans le petit filet extérieur (3e). Si Yann M'Vila (6e) et Neven Subotic (8e) tentent ensuite leur chance sans parvenir à cadrer, c'est bien l'attaquant vedette des Canaris, Emiliano Sala, qui se montre le plus dangereux avec une frappe enroulée qui frôle la lucarne gauche de Ruffier (9e). Ce sera la seule occasion des visiteurs en première période. Plus tranchants dans les duels, plus conquérants dans l'état d'esprit et plus précis techniquement, les Stéphanois étouffent leurs adversaires et se rapprochent de l'ouverture du score. Pourtant, ni la reprise manquée de Cabella (27e), ni la frappe contrée de Hamouma (32e), ni même la nouvelle tentative de Subotic, esseulé à la réception d'un corner (34e), ne terminent leur course au fond des filets. Il faudra attendre la deuxième mi-temps pour voir l'ASSE faire la différence. 

A-N 1

Au retour des vestiaires, les Verts passent néanmoins tout proche de la correctionnelle puisque Boschilia inquiète Ruffier d'une frappe enroulée (52e) tandis que Pallois ne cadre pas sa tête à bout portant (61e). Mais les hommes de Jean-Louis Gasset restent les plus dangereux et la sortie sur blessure de Tatarusanu, le gardien nantais, porte un coup au moral de ses coéquipiers. Sur le premier dégagement de Maxime Dupé, son remplaçant, Khazri contre le ballon et croit ouvrir le score mais le but est refusé pour une main du tunisien (51e). Ce sont ensuite les deux latéraux stéphanois qui s'illustrent ; Mathieu Debuchy s'offre d'abord une remarquable action individuelle mais bute sur Dupé devant la cage (58e), puis Gabriel Silva s'infiltre à son tour dans la surface et expédie un ballon piqué à quelques centimètres du poteau (69e).

Le public du Chaudron commence alors à s'impatienter car la délivrance se fait attendre. Celle-ci viendra du banc de touche. Tous deux entrés en jeu, Yannis Salibur et Robert Beric font chavirer Geoffroy-Guichard lorsque le centre parfait du premier est impeccablement repris de la tête par le second (72e). Les Verts prennent enfin l'avantage et s'offrent une fin de match plus tranquille, d'autant qu'ils ne vont pas tarder à creuser l'écart. À l'angle de la surface nantaise, Wahbi Khazri signe un magistral coup franc direct et expédie le ballon au fond des filets (84e). Dans les dernières instants du temps réglementaire, une tête de Kolodziejczak sur corner (90e) viendra finalement clôturer une superbe prestation stéphanoise, sans doute la plus convaincante depuis bien longtemps. Séduisants dans le jeu et remarquables d'efficacité en fin de rencontre, les Verts remportent leur plus large victoire de la saison et tiennent enfin un match référence. De quoi lancer idéalement une semaine très importante, qui verra l'ASSE se déplacer à Bordeaux mercredi et accueillir Marseille dimanche soir. 

Les notes.

Homme du match : Yann M'Vila (8) : Quel régal de le voir jouer lorsqu'il évolue à ce niveau ! Un jeu de passe millimétré, une vision du jeu hors du commun et plusieurs interceptions rassurantes ; le métronome stéphanois a survolé les débats sur la pelouse du Chaudron. Toujours avec élégance, il a orchestré à la perfection le jeu de son équipe et a dicté le tempo de la rencontre. Lorsqu'il est dans un tel soir, ce sont tous ses coéquipiers qui en bénéficient. En un mot ? Maestro. 

A-N 2

Ruffier (5,5) : Très peu inquiété par des Canaris inoffensifs, il est néanmoins resté vigilant sur une tentative de Boschilia. Une soirée tranquille et un nouveau clean sheet pour le gardien du temple vert. 

Silva (6) : Auteur d'une copie très propre, il s'est distingué par une activité incessante et un apport offensif remarquable dans son couloir gauche. Il a d'ailleurs failli ouvrir le score sur l'une de ses incursions dans le camp nantais, mais son ballon piqué n'a fait qu'effleurer le poteau. 

Kolodziejczak (7) : Exemplaire sur le plan défensif, il a parfaitement contenu Sala et a récupéré de nombreux ballons dans les pieds nantais. Il a également brillé par la qualité de ses relances et s'est offert son deuxième but de la saison en toute fin de partie. Une récompense méritée qui couronne une prestation aboutie. 

Subotic (6) : À l'instar de son compère en défense centrale, il s'est montré particulièrement solide et n'a jamais été battu par les attaquants adverses. Il doit cependant faire attention à ses dégagement trop souvent imprécis. 

Debuchy (5,5) : Un ton en-dessous des autres défenseurs stéphanois, il a été transparent offensivement en première période. Mais l'international français a rectifié le tir au retour des vestiaires, s'est offert plusieurs occasions de but et a été impeccable sur le plan défensif.  

M'Vila (8) : Voir ci-dessus.

Selnaes (7) : Lorsque son duo avec M'Vila est performant à ce point, les Verts n'ont absolument rien à craindre. Brillant par sa sérénité, le norvégien a régalé le public stéphanois de ses ouvertures précises et de ses passes entre les lignes. Mention spéciale pour ses extérieurs du pied gauche, qui allient toujours l'esthétisme à l'efficacité. 

Cabella (5,5) : Gêné par le marquage individuel dont il a fait l'objet en première période, il a tout de même touché de nombreux ballons mais a multiplié les mauvais choix. Lorsque l'étau s'est desserré au retour des vestiaires, il s'est alors montré beaucoup plus inspiré et l'ASSE a retrouvé son meneur de jeu. 

Diony (4,5) : S'il a eu quelques situations à négocier sur son côté gauche, il n'est jamais vraiment entré dans son match et ne s'est pas montré très dangereux pour la défense adverse. Il a logiquement cédé sa place à Beric (non noté), qui s'est mué en sauveur lorsqu'il a ouvert le score quelques minutes seulement après son entrée en jeu. Peu utilisé cette saison, le slovène a néanmoins conservé toutes ses qualités de renard des surfaces.

A-N 3

Hamouma (non noté) : Auteur d'une première demi-heure intéressante, il s'est blessé à l'épaule après un contact violent avec Pallois et a été contraint de céder sa place avant la mi-temps à Salibur (6). Ce dernier a longtemps réalisé une entrée médiocre, avant de se réveiller en fin de match et de signer vingt dernières minutes de feu. Un superbe centre sur l'ouverture du score de Beric, un coup franc provoqué pour le bijou de Khazri et un corner déposé sur la tête de Kolodziejczak ; l'ex-guingampais a tout simplement été impliqué sur les trois buts des Verts.

Khazri (7) : L'attaquant tunisien est plus que jamais le leader offensif de son équipe. Très mobile, il a mené toutes les attaques stéphanoises et a fait énormément souffrir la défense nantaise par ses dribbles et ses déplacements. Il a été récompensé de ses efforts par un superbe coup franc direct en fin de rencontre, avant de recevoir une ovation du Chaudron lors de son remplacement par Monnet-Paquet (non noté)

Le tweet.

Une demi-volée magistrale contre Guingamp, deux enchaînements parfaits face à Monaco et un coup franc sublime ce vendredi soir ; Wahbi Khazri ne marque décidément jamais des buts normaux. 

 

 Crédits photos : ASSE, le site officiel.

Posté par Antoine1708 à 09:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

19 novembre 2018

Retour vers le futur : Bilal Benkhedim

Tous les mois, la rubrique "Retour vers le futur" vous fait découvrir le portrait d'un joueur lié à l'ASSE, en alternant anciens du club et jeunes du centre de formation. Après Pierre-Emerick Aubameyang en octobre, partons maintenant à la découverte de l'un des plus grands espoirs du club, le milieu offensif Bilal Benkhedim. 

Tout commence en 2013 lorsque le jeune franco-algérien, alors âgé de douze ans, signe un accord de non-sollicitation avec l’ASSE malgré la concurrence de plusieurs formations de Ligue 1. Originaire du sud de la France, il rejoint définitivement le Forez en juillet 2016, en provenance de l’Olympique d’Alès. Membre de la prometteuse génération 2001 en compagnie du défenseur William Saliba et du gardien Stefan Bajic, il fait ses débuts sous le maillot vert avec les U17 Régionaux de Razik Nedder, avant d'être promu au cours de la saison chez les U17 Nationaux de Jean-Philippe Primard. L'année suivante est ensuite celle de la révélation. Benkhedim devient l'un des cadres de son équipe, s'épanouit au poste de meneur de jeu et inscrit plus d'un vingtaine de buts en seulement quelques mois. Régulièrement appelé en Équipe de France U17, il est également surclassé à plusieurs reprises chez les U19, avec lesquels il remporte en janvier dernier un derby brûlant à Lyon en Coupe Gambardella. Doté d’un potentiel immense, il attire logiquement l’œil du staff stéphanois et signe son premier contrat professionnel le 13 février.

Benkhedim

Sur le terrain, le jeu de Benkhedim s’appuie surtout sur ses capacités techniques au-dessus de la moyenne. Capable d’évoluer en tant que milieu offensif axial ou excentré, il se distingue par ses dribbles, sa frappe de balle, ses qualités de percussion et sa vitesse d’exécution. Le jeune stéphanois est néanmoins encore trop tendre physiquement pour espérer s’imposer au plus haut niveau. Cette saison, il poursuit donc son apprentissage avec la réserve en National 2 - quatrième division française - où il se frotte au football d’adulte et a déjà disputé huit matches pour deux buts inscrits. Il a également honoré ses premières capes avec l’Équipe de France U18 à l’occasion du tournoi de Limoges en septembre dernier, remportant au passage le titre de meilleur joueur de la compétition. Depuis la fin de la saison passée, il s’entraîne au quotidien avec le groupe professionnel et avait ainsi participé à la préparation estivale sous les ordres de Jean-Louis Gasset, délivrant une passe décisive lors du match amical contre Andrézieux. Le jeune prodige de 17 ans avait notamment été mis à l'honneur par le compte Twitter du club, sur une vidéo où il rivalise avec Wahbi Khazri à l'exercice des coups francs.

Vous l’aurez donc compris, l’ASSE dispose avec Bilal Benkhedim d’un véritable phénomène et doit désormais prendre soin de sa pépite. L’accompagner dans son apprentissage, l’empêcher de griller les étapes et éviter qu’il ne se brûle les ailes ; voici les différents défis que devra absolument relever le club dans les prochains mois, sous peine de voir les cas Saint-Maximin et Bamba se répéter. À l’heure où les dirigeants martèlent que le centre de formation est la nouvelle priorité du projet stéphanois, un échec supplémentaire passerait très mal auprès des supporters. 

Posté par Antoine1708 à 19:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 novembre 2018

ASSE 2-0 Reims : le compte-rendu

Le contexte.

Après une folle victoire contre Angers le week-end dernier, l'ASSE accueille ce samedi soir le Stade de Reims avec la ferme intention d'aligner un second succès de rang devant son public. Juste avant la trêve internationale, les Verts se doivent en effet de prendre les trois points afin de préparer du mieux possible le derby qui se profile dans deux semaines du côté de Lyon. La tâche ne s'annonce néanmoins pas facile ; le valeureux promu champenois occupe une surprenante huitième place au classement et reste sur deux victoires consécutives face à Rennes et Monaco. 

La compo.

Pour la toute première fois de la saison, Jean-Louis Gasset peut s'appuyer sur un effectif au complet et se retrouve forcément obligé d'effectuer certains choix. De retour de blessure, Gabriel Silva devra ainsi patienter avant de récupérer sa place de latéral gauche, toujours occupée par Timothée Kolodziejczak, tandis que sur le plan offensif, Wahbi Khazri et Rémy Cabella seront accompagnés par Romain Hamouma et Loïs Diony, tous deux buteurs la semaine passée.

Capture d’écran 2018-11-10 à 19 

Le match en un mot : Étrange. 

Les Verts sont décidément bien pressés cette saison. Trente-quatre secondes avaient suffi à Rémy Cabella pour ouvrir le score face à Nîmes deux semaines plus tôt, il en a fallu cinq de plus à Mathieu Debuchy pour donner l'avantage aux siens ce samedi. Sur un coup franc obtenu par Romain Hamouma sitôt le coup d'envoi donné, l'international français a trouvé le chemin des filets de la tête alors que les Rémois n'avaient même pas encore touché le ballon. Pourtant, malgré ce départ idéal, les Stéphanois vont passer à côté de leur première période. Bousculés, malmenés, en manque d'inspiration, ils ne parviennent plus à se procurer la moindre occasion et il faut un Stéphane Ruffier attentif pour écarter plusieurs situations chaudes.

On se dirige alors vers la mi-temps avec un avantage au score plutôt flatteur pour l'ASSE... jusqu'à la 39e minute et une inspiration géniale d'Ole Selnaes. À l'entrée de la surface adverse, le norvégien intercepte le ballon et prend toute la défense à contre-pied pour délivrer un somptueux caviar à Wahbi Khazri. L'international tunisien ne se fait pas prier pour doubler la mise et inscrire son sixième but de la saison, le sixième à Geoffroy-Guichard. Aussi incroyable que cela puisse paraître, les Verts rentrent au vestiaire avec le break en poche. Le scénario est cruel pour les visiteurs. 

A-R 1

Au retour des vestiaires, l'ASSE va heureusement présenter un tout autre visage. Beaucoup plus appliqués, les Stéphanois développent un jeu séduisant et gèrent parfaitement leur avance au tableau d'affichage en monopolisant le ballon. Les occasions d'inscrire le troisième but se multiplient mais ni Hamouma, qui manque son contrôle en bonne position (73e), ni Selnaes, dont la tentative lointaine frôle le poteau (76e), ni Cabella, auteur d'une reprise de volée juste à côté (80e) et d'une frappe enroulée sur la transversale (90e), ne parviennent à tripler la mise. Dominés mais réalistes en première période, puis inspirés mais inefficaces en seconde, les Verts ont fait vivre un drôle de match et un scénario plutôt surprenant à leurs supporters. L'essentiel est néanmoins assuré ; l'ASSE conforte sa cinquième place et fait le plein de confiance à deux semaines du derby. 

Ce que l'on en retiendra...

Le tempérament de Mathieu Debuchy, touché au pied et proche de céder sa place après vingt minutes de jeu, mais qui a serré les dents et insisté pour rester sur la pelouse.

Le match taille patron d'Ole Selnaes, qui a régné en maître dans l'entrejeu et offert le second but sur un plateau à Wahbi Khazri.

A-R 2

L'assurance de Stéphane Ruffier, qui a repoussé tous les ballons dangereux passant à sa portée, soulageant parfaitement sa défense lors des temps faibles stéphanois. 

La malice de Romain Hamouma, qui a obtenu un coup franc bien placé dès le coup d'envoi, permettant ainsi à son équipe de prendre un départ idéal.

La première mi-temps catastrophique de Neven Subotic, qui a expédié plusieurs ballons faciles directement en touche, puis son impeccable seconde période beaucoup plus conforme à son statut.

La justesse technique de Rémy Cabella, toujours aussi précieux sur le plan offensif. 

Le retour de blessure de Gabriel Silva, qui a remplacé Loïc Perrin à la mi-temps et signé une excellente prestation dans le couloir gauche.

Le match compliqué de Loïs Diony, qui a fait preuve d'une grande maladresse dans le dernier geste malgré une combativité de tous les instants. 

Le réalisme glaçant de Wahbi Khazri, qui a trouvé le chemin des filets sur l'une de ses seules occasions de la rencontre, en plus d'un coup franc déposé sur la tête de Debuchy pour l'ouverture du score.

A-R 3

Le tweet.

Auteur de quatre réalisations lors du précédent exercice mais muet depuis le début de la saison, Mathieu Debuchy a attendu la semaine dernière pour retrouver le chemin des filets. Deux coups de tête rageurs contre Angers et Reims auront suffi pour que le latéral stéphanois retrouve son costume de buteur ! 

 

Crédits photos : ASSE, le site officiel.

Posté par Antoine1708 à 12:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

29 octobre 2018

Nîmes 1-1 ASSE : le compte-rendu

Le contexte.

Après un défaite à Lille et un match nul contre Rennes, l'ASSE se déplace ce vendredi au Stade des Costières pour y affronter le promu nîmois, qu'elle retrouvera également mercredi en Coupe de la Ligue. Cette rencontre revêt une importance capitale pour les Verts, qui doivent impérativement renouer avec le succès pour se rapprocher des places européennes. Toutefois, la tâche s'annonce délicate face à une formation nîmoise accrocheuse et combative. 

La compo.

Toujours privé de Romain Hamouma et de Gabriel Silva, tous deux convalescents, Jean-Louis Gasset peut néanmoins compter sur le retour de suspension d'Ole Selnaes au milieu de terrain. Incertain après sa sortie prématurée le week-end dernier, Neven Subotic est bien présent, tandis qu'Arnaud Nordin et Kevin Monnet-Paquet sont préférés en attaque à Salibur, Diony et Beric. 

Capture d’écran 2018-10-28 à 10

Le match en un mot : Déjà-vu.

Comme face à Rennes, les Verts ont pris l'avantage très tôt dans la partie. Et comme face à Rennes, ils se sont progressivement arrêté de jouer, jusqu'à l'égalisation logique de leurs adversaires. Au coup de sifflet final, ce sont encore deux points qui s'envolent et la sensation terriblement frustrante d'avancer au ralenti. Pourtant, il était difficile d'imaginer une meilleure entame de match ; après seulement 34 secondes de jeu, Rémy Cabella a profité d'une combinaison côté droit et d'un bon centre de Mathieu Debuchy pour ouvrir le score de la tête. Disciplinés défensivement et dangereux en contre-attaque, les Stéphanois sont ensuite passés tout proches du break lorsque Monnet-Paquet a devancé la sortie de Bernardoni et a servi Khazri en retrait, dont la frappe a été repoussée par Briançon devant sa ligne. De leur côté, les Nîmois ont eu beaucoup de mal à se montrer réellement dangereux en première période, se contentant de frappes lointaines facilement captées ou détournées par Ruffier. 

N-A 2

Au retour des vestiaires, l'ASSE s'est alors complètement éteinte et a laissé les Crocos prendre confiance. Dominés, bousculés, se contentant de subir sans parvenir à sortir de leur moitié de terrain, les Verts ont concédé de plus en plus d'occasions au fil des minutes. Il a fallu un sauvetage de Debuchy sur un centre-tir de Thioub puis un coup de pouce de la barre transversale sur une frappe de Bouanga pour retarder l'égalisation nîmoise, qui est finalement survenue à l'entame du dernier quart d'heure par Alioui. La fin de match a été bien plus équilibrée et les deux équipes ont tour à tour semblé en mesure d'arracher la victoire, mais le score en est resté là. Privés de victoire depuis maintenant trois journées, les hommes de Jean-Louis Gasset vont devoir se remettre en question et proposer un tout autre visage lors des prochains rendez-vous. Si ce n'est pas le cas, les ambitions européennes du début de saison risquent de s'éloigner rapidement. 

Les tops.

Décevant depuis son retour dans le Forez, Rémy Cabella a enfin réalisé une prestation convaincante vendredi soir. Auteur du but le plus rapide de la saison en Ligue 1, il a ensuite fait apprécier toutes ses qualités techniques et a été impliqué dans la majorité des occasions stéphanois. De quoi lancer sa saison pour de bon ?

L'autre joueur ayant donné satisfaction se nomme Stéphane Ruffier. Fidèle à lui-même, le portier stéphanois a tout fait pour empêcher les Crocos de revenir au score. Il a tranquillement capté des frappes de Briançon, Thioub ou encore Bozok, et s'est employé pour repousser deux tentatives lointaines de Savanier. Sauvé par sa barre face à Bouanga, il n'a rien pu faire sur le but nîmois quelques minutes plus tard, abandonné par sa défense.

N-A 1

Les flops.

Complètement pris de vitesse par Alioui sur l'égalisation adverse, Loïc Perrin s'est également distingué par plusieurs pertes de balle dangereuses dans son propre camp. Ce n'est pas la première fois cette saison que le capitaine des Verts est impliqué dans un but encaissé par son équipe. Malheureusement, les plus belles heures du défenseur stéphanois semblent définitivement derrière lui. 

S'imposant progressivement comme le leader offensif de l'ASSE, Wahbi Khazri était forcément très attendu ce vendredi. Et s'il a posé beaucoup de problèmes à la défense nîmoise, le tunisien a manqué de justesse dans le dernier geste et n'a pas su faire les bons choix devant le but. Son association avec Cabella progresse petit à petit, mais les deux corses ne parviennent décidément pas à sortir un grand match le même jour.

Enfin, Ole Selnaes a longtemps été l'un des meilleurs joueurs sur la pelouse, jusqu'à la 74e minute et ce contrôle complètement raté qui a entraîné l'égalisation des Crocos. Une erreur grossière, indigne des qualités du norvégien et de sa prestation irréprochable jusque là. Mais une erreur qui coûte sans doute deux points à son équipe. 

Le tweet.

Régulièrement limité, encadré voire même interdit, le déplacement des supporters stéphanois avait cette fois été autorisé sans restriction par les autorités. Et forcément, c'est toujours plus agréable de voir un parcage plein à craquer. 

 

Crédits photos : ASSE, le site officiel.

Posté par Antoine1708 à 11:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


20 octobre 2018

Internationaux : Selnaes buteur, les jeunes se distinguent

Après deux semaines de pause, la Ligue 1 reprend ses droits ce week-end et les Verts s'apprêtent à retrouver Geoffroy-Guichard demain face à Rennes. Mais pour vous aider à patienter encore un petit peu, l'heure est venue de faire le bilan des différents internationaux engagés ces derniers jours avec leur sélection.

Wahbi Khazri ayant déclaré forfait avec la Tunisie à cause d'une légère blessure, seuls le norvégien Ole Selnaes et le slovène Robert Beric étaient sur le pont chez les séniors, et les deux hommes se sont même affrontés samedi dernier dans le cadre de la Ligue des Nations. Si l'attaquant stéphanois est resté sur le banc, Selnaes a en revanche marqué l'unique but de la rencontre d'une demi-volée somptueuse et a confirmé son excellente forme actuelle. Trois jours plus tard, le milieu de terrain norvégien a enchaîné avec une nouvelle titularisation et une nouvelle victoire, contre la Bulgarie cette fois (1-0), tandis que Beric a retrouvé sa place dans le onze de départ mais n'a pas brillé lors du match nul concédé par son équipe contre Chypre (1-1). Au classement du groupe, la Norvège reste leader avec neuf points alors que la Slovénie, lanterne rouge, ne comptabilise qu'une seule unité.

Du côté des jeunes, pas moins de cinq espoirs stéphanois étaient de sortie avec leur sélection ! Appelé avec l'Equipe de France U19, l'attaquant Charles Abi a été titularisé samedi dernier face à l'Arménie et a activement participé au large succès de son équipe (0-4). Remplaçant deux jours plus tard contre le même adversaire et dans le même stade, il est entré en jeu en fin de rencontre pour inscrire un but synonyme de nouvelle victoire en faveur des Bleuets (0-2). De leur côté, en Equipe de France U18, le gardien Stefan Bajic (photo), le défenseur William Saliba et les attaquants Bilal Benkhedim et Tyrone Tormin ont battu l'Ecosse vendredi dernier grâce à une passe décisive du dernier cité (1-0), avant de dominer l'Ouzbékistan le lundi suivant (1-0). 

Stefan Bajic

Posté par Antoine1708 à 08:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

17 octobre 2018

Retour vers le futur : Pierre-Emerick Aubameyang

Tous les mois, la rubrique "Retour vers le futur" vous fait découvrir le portrait d'un joueur lié à l'ASSE, en alternant anciens du club et jeunes du centre de formation. À l'occasion du tout premier épisode de cette série, profitons de la trêve internationale pour revenir ensemble sur le parcours de l'un des plus grands attaquants qu'ait connu le Chaudron ces dernières années : Pierre-Emerick Aubameyang.

Arrivé à Saint-Etienne dans l'anonymat le 31 janvier 2011, l'attaquant gabonais, alors âgé de 21 ans, est très loin de se douter du destin qui l'attend sous la tunique verte. En effet, sous contrat avec le Milan AC, il n'a jamais réussi à s'imposer au sein du club italien et enchaîne les prêts depuis plus de deux ans. Ses débuts dans le Forez sont d'ailleurs tout aussi chaotiques ; avec 14 apparitions pour seulement 2 petits buts inscrits, Aubameyang a du mal à convaincre les observateurs. Pourtant, à l'issue de la saison 2010-2011, Christophe Galtier décide de lui faire confiance et prolonge son prêt d'une année supplémentaire auprès du club milanais. Ce sera sans doute l'une des plus belles décisions prises par le coach stéphanois durant son mandat à l'ASSE. 

Buteur dès la première journée de championnat à Bordeaux, Aubameyang met rapidement le feu aux défenses de Ligue 1 et réalise une première partie de saison de haute volée. Profitant de cette révélation inattendue, l'ASSE s'empresse de faire signer définitivement le joueur en décembre 2011. Lors de la phase retour, le gabonais confirme tous les espoirs placés en lui et enfile les buts comme des perles, inscrivant notamment un retentissant triplé contre Lorient le 22 février 2012. Il termine finalement la saison avec 18 buts toutes compétitions confondues, dont 16 en championnat, et contribue grandement à la septième place finale de son équipe, qui échoue aux portes de la qualification européenne. 

Aubame (1)

Mais le meilleur reste encore à venir puisque c'est la saison suivante qu'Aubame va véritablement affoler les compteurs. Associé au brésilien Brandao, il donne la pleine mesure de son talent, empile les buts et signe plusieurs coups d'éclat, comme une entrée en jeu fracassante au Parc des Princes le soir d'une victoire de prestige contre le PSG de Zlatan Ibrahimovic, ou encore un but marqué d'une talonnade exceptionnelle face à Montpellier dans le Chaudron. Avec 19 réalisations en championnat - du jamais vu à Sainté depuis bien longtemps  - et une deuxième place au classement des buteurs, PEA est l'un des principaux artisans de l'incroyable saison des Verts, qui terminent cinquièmes de Ligue 1 et remportent la Coupe de la Ligue aux dépens du Stade Rennais. Ses performances attirent logiquement l'oeil de nombreux clubs européens et, après deux saisons abouties dans le Forez, le gabonais prend la direction du Borussia Dortmund pour une quinzaine de millions d'euros.

Aubame (3)

En Allemagne, Aubameyang va franchir un palier supplémentaire et s'affirmer comme l'un des meilleurs joueurs au monde à son poste. En signant un triplé pour ses débuts sous ses nouvelles couleurs, il réalise un départ fracassant et inscrit finalement 13 buts en championnat dès sa première saison au BVB. C'est alors la naissance d'un duel acharné avec Robert Lewandowski pour le titre annuel de meilleur buteur de Bundesliga. Avec 16 réalisations en 2014-2015 puis 25 en 2015-2016, l'ancien stéphanois progresse au fil des années et finit enfin par battre son homologue polonais lors de sa quatrième saison en Allemagne, avec 31 unités au compteur. Son histoire d'amour avec le Borussia s'achève finalement le 31 janvier 2018, lorsqu'il décide de rallier l'Angleterre et le club londonien d'Arsenal contre 63 millions d'euros. En l'espace de quatre ans et demi, PEA a inscrit 141 buts en 213 matches toutes compétitions confondues sous les couleurs du Borussia, a été élu meilleur joueur de Bundesliga en 2016 et a remporté la Coupe d'Allemagne en 2017 ainsi que la Supercoupe d'Allemagne en 2013 et 2014. 

Aubame (2)

Après la France et l'Allemagne, Aubame part donc à la conquête d'un nouveau championnat et ne tarde pas à trouver ses marques en Premier League. Associé à l'ancien lyonnais Alexandre Lacazette dans un duo aussi redoutable qu'inattendu, il présente déjà des statistiques impressionnantes chez les Gunners. Avec 14 réalisations et 5 passes décisives depuis son arrivée dans le nord de Londres, le gabonais est en effet impliqué sur 19 buts lors des 21 matches de championnat qu'il a disputés sous le maillot d'Arsenal. Et ce n'est que le début. À 29 ans, l'ancien chouchou de Geoffroy-Guichard a encore de belles années devant lui en Angleterre. Avant de revenir à Saint-Etienne en fin de carrière, comme il l'a toujours promis aux supporters stéphanois ? Seul l'avenir nous le dira. En attendant, les défenses de Premier League n'ont qu'à bien se tenir...

Posté par Antoine1708 à 23:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

08 octobre 2018

Lille 3-1 ASSE : le compte-rendu

Le contexte.

C'est un véritable choc que nous a réservé la 9e journée de Ligue 1 ce samedi après-midi au Stade Pierre-Mauroy puisque les Verts, quatrièmes du classement, se déplacent chez le LOSC, solide dauphin du PSG. Emmenés par deux anciens stéphanois - Christophe Galtier sur le banc, Jonathan Bamba en attaque - et portés par un Nicolas Pépé en état de grâce (déjà cinq buts et trois passes décisives cette saison), les Nordistes restent sur un large succès face à l'OM le week-end dernier et espèrent confirmer leur excellente forme actuelle. Mais en face, l'ASSE vient d'enchaîner trois victoires en autant de rencontres et se verrait bien ravir la deuxième place du classement à son adversaire du soir. L'affiche s'annonce en tout cas prometteuse.  

La compo.

En l'absence de Mathieu Debuchy et de Gabriel Silva, Jean-Louis Gasset se retrouve obligé de titulariser le jeune défenseur central William Saliba dans le couloir droit. Pour le reste, pas de réelle surprise ; Wahbi Khazri prend la pointe de l'attaque devant Rémy Cabella tandis que Monnet-Paquet est aligné au poste d'ailier gauche, sans doute pour sa capacité à répéter les efforts qui devrait être utile sur le plan défensif. 

L-A Compo

Le match en un mot : Regret.

Regret d'avoir laissé partir Jonathan Bamba gratuitement cet été. Regret d'avoir laissé filer bêtement un jeune espoir du centre de formation, pourtant destiné à devenir un ailier de grande classe. Regret, enfin, de voir cet ancien stéphanois s'épanouir sous les couleurs lilloises, et crucifier ses ex-coéquipiers à lui tout seul. Avec deux buts et une passe décisive au compteur, il a été en effet le principal artisan de la victoire du LOSC ce samedi après-midi. Et les supporters des Verts, impuissants, n'ont pu que contempler l'ampleur du gâchis. 

Après plusieurs minutes d'observation entre deux équipes semblant se craindre mutuellement, le show Bamba a débuté peu après le quart d'heure de jeu avec une frappe précise depuis l'extérieur de la surface, hors de portée de Stéphane Ruffier (17e). Il s'est ensuite poursuivi une poignée de secondes après le coup d'envoi de la seconde période, lorsque le jeune attaquant, alerté côté gauche, a repiqué dans l'axe pour ouvrir son pied droit et s'offrir un doublé (46e). Entretemps, les Stéphanois avaient pourtant égalisé sur un pénalty obtenu par Wahbi Khazri et transformé par Rémy Cabella (26e).

L-A 1

Et si Stéphane Ruffier a effectué plusieurs interventions pour maintenir son équipe dans le match - face à Xeka (19e), Rémy (41e) ou encore Pépé (54e) - les Verts se sont également procurés quelques opportunités de recoller à deux partout, notamment par Khazri (68e) et Hamouma (77e). Malheureusement, une dernière accélération de Bamba a mis fin à tout suspense dans les dernières minutes de la partie, l'international espoir s'en allant servir Nicolas Pépé pour le troisième but (85e). Surpassée par la vitesse des attaquants nordistes et pas assez inspirée offensivement, l'ASSE voit sa série de trois victoires consécutives s'achever brutalement au Stade Pierre-Mauroy. La trêve internationale arrive à point nommé pour remettre toutes les têtes à l'endroit. 

Les notes.

Ruffier (5) : Après deux excellentes prestations contre Toulouse et Monaco, le portier stéphanois n'a cette fois pas réussi à sauver les siens. Battu à trois reprises, il n'est jamais parvenu à sortir l'arrêt décisif, celui qui fait habituellement toute la différence et qui rappelle à tout le monde que Stéphane Ruffier n'est pas un gardien comme les autres. 

Kolodziejczak (4) : Pour la première fois depuis son arrivée dans le Forez, il a signé une prestation décevante. Il a eu du mal à contenir les offensives lilloises dans sa zone et ne s'est pas montré très rassurant balle au pied. On notera néanmoins qu'aucun des trois buts adverses n'est venu de son côté. 

Subotic (4,5) : Obligé de défendre pour deux à cause d'un Loïc Perrin fantômatique à ses côtés, il a réussi à soulager son équipe à quelques reprises mais son manque de vitesse lui a posé beaucoup de problèmes. 

L-A 2

Perrin (3) : Auteur d'une nouvelle prestation très inquiétante, il a énormément souffert face à la vivacité des attaquants adverse et s'est notamment rendu coupable d'une perte de balle grossière sur le dernier but lillois. Il semble plus que jamais sur le déclin. Malgré tout ce qu'il représente pour le club, le capitaine emblématique de Sainté verra-t-il sa place de titulaire remise en question au retour de la trêve internationale ?

Saliba (5,5) : Aligné à un poste inhabituel de latéral droit, le jeune prodige stéphanois a évidemment manqué de repères et a parfois eu du mal à se positionner correctement. Il a également eu la malchance de tomber sur un Jonathan Bamba déchaîné. Mais il s'en est finalement plutôt bien sorti et a fait admirer toutes ses qualités athlétiques sur certaines situations adverses. Indiscutablement destiné à devenir un très grand joueur, il a été le plus rassurant des quatre défenseurs verts. Remplacé par Diony (non noté), qui aurait mérité de rentrer un peu plus tôt au vu de son activité sur le côté gauche. 

M'Vila (4) : Méconnaissable, il a livré une prestation bien en-dessous de ses capacités. Moins précis dans son jeu long qu'à l'accoutumée et pas toujours inspiré dans son placement, il a beaucoup trop tardé à sortir sur Bamba sur le premier but lillois. L'international français va devoir rapidement se reprendre et éviter de tomber dans la nonchalance. Remplacé par Nordin (non noté), très intéressant par ses accélérations en fin de rencontre mais trop brouillon dans le dernier geste.

Selnaes (6) : Seule véritable satisfaction de la rencontre, le norvégien est en train de s'affirmer comme le réel patron de cette équipe stéphanoise. Sa sérénité et son pied gauche font toujours autant de bien dans l'entrejeu, et il a également éteint Jonathan Ikoné à lui tout seul. 

Monnet-Paquet (4,5) : Il a bien tenu son couloir, a enchaîné les courses et a récupéré plusieurs ballons dans les pieds adverses. Dommage que son apport offensif soit resté extrêmement limité...

Cabella (5,5) : Très disponible, il a touché beaucoup de ballons et est souvent redescendu pour participer à la construction du jeu stéphanois. Buteur sur penalty, il a réalisé une prestation correcte, même s'il aurait pu se montrer un peu plus tranchant dans les trente dernières mètres. 

Salibur (4) : Bien trop discret, il n'a pas su faire la différence sur son côté droit malgré quelques opportunités intéressantes en première période. Il a également négligé ses tâches défensives et ne s'est jamais replié pour venir en aide à Saliba. 

Khazri (5) : Très attendu après son doublé face à Monaco, l'international tunisien a beaucoup moins pesé sur la rencontre et n'a pas su retrouver ses habits de lumière. Ses qualités techniques ont toutefois amené bon nombre d'offensives stéphanoises, et c'est d'ailleurs lui qui obtient le penalty de l'égalisation. 

L-A 3

Le tweet.

Parce qu'il faut bien finir sur un sourire... 

Crédits photos : ASSE, le site officiel.  

Posté par Antoine1708 à 18:48 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 septembre 2018

Toulouse 2-3 ASSE : le compte-rendu

Le contexte.

Après avoir dominé Caen samedi dernier à Geoffroy-Guichard (2-1), les Verts enchaînent dès ce mardi par un déplacement du côté de Toulouse. Privés de Wahbi Khazri (suspendu) et de Mathieu Debuchy (blessé), ils devront faire face à un adversaire en forme puisque le TFC se classe à la quatrième place du championnat avant la rencontre. Si l'ASSE est quant à elle remontée au huitième rang, il lui faut désormais enchaîner les bons résultats afin de rattraper les points perdus en début de saison.  

La compo.

Alors que les Verts sont au coeur d'une semaine à trois matches, Jean-Louis Gasset opte pour une équipe remaniée et joue la carte de la jeunesse. William Saliba honore ainsi la toute première titularisation de sa jeune carrière en défense centrale, tandis qu'Arnaud Nordin et Assane Diousse sont également alignés au sein d'une formation en 4-3-2-1 façon "sapin de noël". Loïs Diony et Kevin Monnet-Paquet font leur retour dans le onze de départ, tout comme Gabriel Silva qui prend place à droite de la défense. Perrin, Selnaes et Salibur sont ménagés et démarrent sur le banc.

Capture d’écran 2018-09-27 à 16

Le match en un mot : Festival.

Qui s'attendait à assister à un tel spectacle lors d'un Toulouse - Saint-Etienne un mardi soir de septembre ? Alors que bon nombre d'observateurs prédisaient une rencontre ennuyeuse, les deux équipes se sont finalement livré un sacré bras de fer, offrant une partie riche en buts et très agréable à suivre. Et pour le plus grand bonheur des supporters stéphanois, ce sont bien les Verts qui en sont sortis vainqueurs.

Pourtant, les Toulousains avaient réussi une excellente entame de match. Emmenés par leurs techniciens Manu Garcia et Max-Alain Gradel, ils ont  développé plusieurs combinaisons intéressantes et auraient même pu prendre l'avantage sur l'une d'entre elles, mais l'attaquant belge Leya Iseka s'est heurté à un Stéphane Ruffier impérial (21e). Et deux minutes plus tard, comme souvent dans ce genre de rencontre, l'ASSE s'est chargée de sanctionner ce manque de réalisme en ouvrant le score contre le cours du jeu. Profitant d'un long ballon de Gabriel Silva mal apprécié par les défenseurs adverses, Loïs Diony s'est présenté seul face à Baptiste Reynet, qu'il a éliminé d'un joli ballon piqué avant de conclure dans le but vide (23e). Complètement sonné, le TFC a alors semblé dans l'incapacité de réagir et les Verts ont tranquillement mis le pied sur le ballon. Plus entreprenants, ils ont cependant failli se faire surprendre de la même façon que leurs adversaires mais Ruffier a de nouveau remporté son duel avec Leya Iseka (39e).

3

Au retour des vestiaires, le match s'est emballé. Diony a sollicité Reynet à deux reprises (48e, 57e) tandis que Sangaré a vu sa tête mourir sur la barre transversale stéphanoise (55e). C'est finalement Gradel qui est parvenu à égaliser d'une frappe enroulée en pleine lucarne (63e), l'ivoirien ayant l'élégance de ne pas célébrer son but face à son ancien club. Alors qu'une fin de match difficile semblait se profiler pour les Verts, le TFC a alors offert deux cadeaux à son adversaire du soir. Rémy Cabella a d'abord profité d'un ballon récupéré par Selnaes à trente mètres du but pour aller glisser le ballon entre les jambes du gardien (66e), puis Yannis Salibur, tout juste entré en jeu, a triplé la mise suite à une mésentente entre Jullien et Reynet (75e). Le suédois Durmaz a ensuite relancé le suspense en réduisant le score d'une jolie frappe à l'entrée de la surface (78e), mais les Toulousains ont réagi trop tard et une dernière parade de Ruffier dans le temps additionnel a terminé d'écoeurer le public du Stadium (90e+2). L'ASSE enchaîne une seconde victoire de suite et se replace dans la première moitié du classement. 

Les notes.

Homme du match : Diony (7) : Quelle activité de la part de l'ancien dijonnais ! Toujours en mouvement et présent dans chaque duel, il a été un véritable poison pour la défense toulousaine. Opportuniste, il lui a suffi d'une seule occasion franche en première période pour aller inscrire un joli but et ouvrir le score. Au retour des vestiaires, il a buté à deux reprises sur Reynet et a fait apprécier toutes ses qualités de contre-attaquant. Un match plein. Remplacé par Hamouma (non noté), qui a eu le temps de se procurer une occasion en toute fin de rencontre. 

1

Ruffier (6,5) : Après son erreur face à Caen, il était écrit que le gardien stéphanois allait sortir un grand match pour se faire pardonner. Et malheureusement pour Toulouse, ça n'a pas loupé. Auteur de trois parades magistrales, il a d'abord détourné une frappe déviée de Leya Iseka, avant de remporter son face-à-face avec l'attaquant belge. Il a parachevé sa prestation avec un bel arrêt sur sa ligne dans les derniers instants de la partie. Le vrai Stéphane Ruffier est de retour. 

Kolodziejczak (5) : Son apport offensif a été moins satisfaisant que d'habitude, mais il a rendu une copie tout à fait correcte sur le plan défensif.

Subotic (5,5) : Il a connu une entame de match très compliquée, se faisant systématiquement prendre de vitesse par Leya Iseka, avant de se reprendre et de retrouver toute sa sérénité par la suite. Son expérience et sa lecture du jeu ont fait énormément de bien en fin de rencontre. 

Saliba (6) : Pour sa toute première apparition chez les professionnels, le jeune défenseur de 17 ans a bluffé tous les observateurs. Même si tout n'a pas été parfait, il a signé une prestation extrêmement prometteuse, neutralisant bon nombre d'offensives toulousaines et faisant preuve d'un sang-froid étonnant dans les moments chauds.

Silva (5) : Une nouvelle fois aligné côté droit pour pallier au forfait de Mathieu Debuchy, il a eu beaucoup de travail face à Max-Alain Gradel. Fautif sur le premier but adverse, où il laisse tout le loisir à l'ailier ivoirien d'ajuster sa frappe, il s'en est tout de même bien sorti défensivement et s'est offert une passe décisive sur l'ouverture du score de Diony. 

M'Vila (5,5) : Excellent dans le jeu long et toujours aussi précieux pour son équipe, le métronome stéphanois a cependant connu quelques passages à vide au cours de la rencontre, heureusement sans conséquence.

Diousse (6) : Titulaire pour la première fois de la saison, le jeune milieu sénégalais a réalisé un match satisfaisant. À l'aise techniquement, il a abattu un travail considérable dans l'entrejeu et a brillé par la qualité de ses sorties de balle. Remplacé par Selnaes (6), auteur d'une très bonne entrée et directement impliqué dans les deux derniers buts stéphanois. 

Monnet-Paquet (4) : Aligné à un poste inhabituel de milieu relayeur, il a semblé en manque de repères et n'a jamais réellement pesé sur la rencontre. Comme à son habitude, il s'est battu sur chaque ballon et n'a pas ménagé ses efforts, mais ses lacunes techniques ont été bien trop handicapantes. 

Cabella (5) : S'il a touché beaucoup de ballons et a inscrit un but extrêmement important pour redonner l'avantage à son équipe, il s'est également distingué par de nombreux mauvais choix, comme sur cette occasion en fin de rencontre où il préfère tenter une frappe vouée à l'échec au lieu de servir Hamouma. En bref, toujours pas du grand Cabella. 

2

Nordin (5,5) : Plein de bonne volonté, il a multiplié les appels et les courses dans le camp adverse. Sa vitesse lui a permis de faire des différences en contre-attaque, mais il a souffert face aux grands gabarits de la défense toulousaine et aurait dû obtenir plusieurs fautes oubliées par l'arbitre. Remplacé par Salibur (non noté), qui n'a pas touché beaucoup de ballons mais a profité d'une erreur de la défense toulousaine pour inscrire le troisième but stéphanois, son premier sous le maillot vert. 

Diony (7) : Voir ci-dessus.  

Le tweet.

Une équipe remaniée et rajeunie qui s'impose à l'extérieur, une identification parfaite des points faibles du TFC et des remplaçants qui font la différence : Jean-Louis Gasset a eu tout bon ce mardi soir. Et le coach à la casquette reçoit enfin les louanges qu'il mérite depuis tant d'années.

 

Crédits photos : ASSE, le site officiel. 

Posté par Antoine1708 à 18:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

23 septembre 2018

ASSE 2-1 Caen : le compte-rendu

Le contexte.

À l'occasion de la 6e journée de Ligue 1, l'ASSE accueille ce samedi le Stade Malherbe de Caen à Geoffroy-Guichard avec la ferme intention de lancer sa saison pour de bon. Les Verts ont en effet raté leur entame de championnat avec une seule petite victoire au compteur en cinq rencontres. Au-delà du bilan comptable médiocre, c'est surtout la manière qui inquiète ; les hommes de Jean-Louis Gasset ne parviennent pas à trouver la bonne formule et peinent à se montrer dangereux offensivement. Ils possèdent même la pire attaque de Ligue 1 en compagnie de Guingamp et Reims (3 buts marqués) et restent sur trois rencontres consécutives sans trouver le chemin des filets. Les Stéphanois n'ont donc pas le choix, il leur faut impérativement se rassurer et empocher les trois points devant leur public. Après deux matches à huis-clos partiel, le retour du Kop Nord et de son ambiance toujours bouillonnante devrait constituer un atout non négligeable pour l'ASSE. Il faudra toutefois se méfier du Stade Malherbe, qui reste sur un match nul face à l'OL, et que Fabien Mercadal, son nouvel entraîneur, a transformé en équipe difficile à manoeuvrer. 

La compo.

Alors que Debuchy effectue son retour dans le onze suite à sa blessure contractée contre Amiens, Loïs Diony est quant à lui relégué sur le banc et cède sa place de numéro neuf à Wahbi Khazri, qui avait occupé cette position l'an dernier avec le Stade Rennais. Cabella retrouve ainsi un rôle de meneur de jeu tandis que Salibur et Hamouma l'accompagneront sur les côtés. À gauche de la défense, Kolodziejczak est préféré à Gabriel Silva.

Capture d’écran 2018-09-22 à 22

Le match en un mot : Délivrance.

Les Verts tiennent enfin leur second succès de la saison, mais le chemin a été laborieux et le soulagement était visible sur les visages au coup de sifflet final. Après une entame de match médiocre - au cours de laquelle Khazri, Cabella et Hamouma ont une nouvelle fois brillé par leur manque d'inspiration - les Verts se sont en effet laissés surprendre par leurs homologues normands à la demi-heure de jeu. Sur une frappe anodine de Fayçal Fajr, Stéphane Ruffier a commis une étrange faute de main et a laissé le ballon lui filer entre les doigts (31e). Les doutes du début de saison ont ainsi ressurgi et l'inquiétude s'est abattue sur Geoffroy-Guichard.

Pourtant, Yannis Salibur a tout tenté pour remettre l'ASSE sur les bons rails. L'ancien guingampais s'est montré particulièrement remuant et a même cru égaliser peu avant la mi-temps, mais son but a été refusé pour une légère position de hors-jeu (41e). Au retour des vestiaires, il a finalement été récompensé de ses efforts lorsque, suite à une accélération côté droit, il a été déséquilibré dans la surface par Adama Mbengue et a ainsi obtenu un penalty. Wahbi Khazri s'est empressé de transformer la sentence et de remettre les deux équipes à égalité (48e).

2 

Plus sérieux, plus appliqués et plus conquérants qu'en première période, les Verts ont logiquement pris les commandes de la rencontre et n'ont pas tardé à concrétiser cette domination en passant devant au tableau d'affichage. Suite à un corner de Cabella, Timothée Kolodziejczak a profité d'un cafouillage devant le but caennais pour pousser le ballon au fond des filets et faire chavirer le Chaudron (65e). Les entrées en jeu de Loïs Diony et Arnaud Nordin ont ensuite permis à l'attaque stéphanoise de trouver un nouveau souffle et de se procurer plusieurs occasions pour faire le break. Malheureusement, ni Wahbi Khazri, privé du doublé à cause d'une nouvelle position de hors-jeu (75e), ni Yann M'Vila, dont la frappe a touché le poteau (83e), ni Loïs Diony, qui a échoué sur le gardien adverse à bout portant (85e), n'ont réussi à tripler la mise. Peu importe, les Verts se contenteront des trois points et renouent donc avec la victoire devant un public ravi. Tout n'a pas été parfait, mais l'essentiel est acquis. 

Les notes.

Homme du match : Salibur (7) : Il a été l'attaquant stéphanois le plus en vue dans ce match. Alors que ses partenaires offensifs semblaient en panne d'idées, il a pris ses responsabilités et a tenté d'emballer la rencontre à lui tout seul. Après avoir pris sa chance à plusieurs reprises, il a trouvé le chemin des filets suite à un bel enchaînement mais son but a été refusé pour un orteil en position de hors-jeu. Ses accélérations ont posé d'énormes problèmes à la défense normande et l'une d'entre elles lui a d'ailleurs permis d'obtenir un penalty transformé par Wahbi Khazri. Remplacé par Nordin (7), qui s'est montré tout aussi virevoltant. Les dribbles et la vivacité du jeune ailier ont fait souffrir ses adversaires directs et il a été impliqué sur toutes les occasions stéphanoises en fin de rencontre. 

1

Ruffier (3) : Une boulette de Stéphane Ruffier, c'est extrêment rare. Pourtant, c'est bel et bien ce qui s'est produit samedi soir et qui a placé les Verts en fâcheuse posture. Mais son erreur sur l'ouverture du score caennaise n'a finalement pas eu de conséquence et il est difficile de lui en vouloir tant il a sauvé l'ASSE à de multiples reprises ces dernières saisons. 

Kolodziecjzak (6) : Malheureux trois semaines plus tôt contre Amiens lorsque son but avait été refusé après visionnage de l'arbitrage vidéo, le défenseur stéphanois a cette fois inscrit un pion bien valable et a ainsi donné la victoire à son équipe. Au-delà de ça, il a été très sérieux dans son couloir gauche et a rendu une copie satisfaisante. 

Subotic (5) : Fébrile en première période, il a parfois semblé hésitant et emprunté devant les attaquants normands. Mais il s'est très bien repris au retour des vestiaires et a parfaitement négocié plusieurs ballons chauds devant le but de Stéphane Ruffier.

Perrin (4) : Les années passent et se font peu à peu ressentir pour le capitaine des Verts. Sa lenteur commence à lui jouer des tours et il n'a pas toujours été très inspiré dans ses relances, son jeu long ayant été particulièrement médiocre. 

Debuchy (5,5) : Un peu juste physiquement, il a tout de même réalisé un match correct. Son expérience lui a permis de tenir correctement son couloir tout en proposant régulièrement des solutions vers l'avant. Remplacé en fin de rencontre par Silva (non noté), qui n'a pas eu le temps de montrer grand-chose. 

M'Vila (6) : Même s'il n'a pas encore retrouvé son rayonnement de la saison passée, le patron du milieu de terrain continuer de monter en puissance. Il a été la principale rampe de lancement des actions de son équipe et a également neutralisé plusieurs contre-attaques adverses. Sa frappe repoussée par le poteau en fin de match a failli couronner une prestation solide. 

Selnaes (5,5) : Pas toujours rassurant sur le plan défensif, où il a manqué d'engagement et d'agressivité, il a été nettement plus convaincant avec le ballon dans les pieds. Ses passes entre les lignes et ses ouvertures millimétrées ont souvent abouti à des situations dangereuses, et c'est d'ailleurs lui qui lance Salibur sur le but hors-jeu de celui-ci. 

3

Hamouma (2) : Transparent. Fantômatique. Catastrophique. Les adjectifs ne manquent pas pour qualifier la prestation inquiétante de l'ailier stéphanois. Il n'a touché qu'une petite vingtaine de ballons, en a perdu la moitié et n'a jamais offert la moindre solution crédible à ses partenaires. Son état d'esprit pose également question, lui qui a souvent préféré marcher la tête basse au lieu de monter au pressing. Remplacé par Diony (6), dont l'entrée pleine d'envie et de générosité a été bien plus intéressante. Impliqué dans plusieurs occasions de but, il aurait pu être récompensé de ses efforts sans une parade magistrale du gardien caennais à bout portant. 

Cabella (5) : L'ex-marseillais a réalisé une prestation à deux visages. En première période, dans la lignée de ses matches précédents, il n'a effectué que des mauvais choix et n'a absolument pas pesé sur les débats. Mais dans le second acte, il s'est enfin mis au service du collectif et a fait du bien à ses coéquipiers par sa technique et sa vision du jeu. 

Salibur (7) : Voir ci-dessus.

Khazri (5) : Alors que sa titularisation en tant que numéro neuf s'annonçait prometteuse, il a été très discret en première mi-temps et ses partenaires n'ont jamais pu le trouver en bonne position. Toutefois, à l'image de son équipe, il est ensuite monté en puissance et a été de plus en plus disponible au fil des minutes. Il a profité du penalty obtenu par Salibur pour marquer son second but de la saison.

Le tweet.

Privé de Kop Nord depuis le début de la saison suite aux nombreux fumigènes allumés contre Lille en mai dernier, le Chaudron a enfin retrouvé son deuxième poumon. Et voir cette ambiance et ce stade au grand complet, ça fait du bien.

Crédits photos : ASSE, le site officiel 

Posté par Antoine1708 à 18:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,