Chaudron Vert

À l'attention des lecteurs sur mobile

La version mobile de Canalblog ne permettant pas d'avoir accès à la décoration et aux aspects visuels du blog, vous avez normalement devant les yeux un site à l'allure très neutre, de couleur bleue et blanche. Pour accéder au blog dans son apparence réelle, je vous invite à aller dans le menu déroulant situé en haut à gauche de votre écran et à sélectionner l'option "(version classique)". Bonne lecture !

Lecteurs

Posté par Antoine1708 à 18:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


18 février 2019

ASSE 0-1 PSG : entre optimisme et frustration

Au lendemain de la défaite des Verts face à Paris, un débat agite les conversations entre supporters stéphanois et divise le Forez en deux camps. D'un côté, certains ne cachent pas leur déception après le match de l'ASSE, qui s'est contentée de bien défendre sans chercher à bousculer un PSG pourtant amoindri. De l'autre, les plus optimistes préfèrent positiver et souligner la bonne prestation collective des Verts. En réalité, les deux points de vue peuvent se défendre. Explications.

Commençons par voir le bon côté des choses. Dimanche soir, les Stéphanois ont rivalisé avec l'une des meilleures équipes européennes. Paris était certes privé de Cavani, Neymar et Verratti, mais son onze de départ ressemblait fortement à celui qui a battu Manchester United à Old Trafford mardi dernier. L'ASSE a su tenir la dragée haute à son adversaire du soir et contrarier les Parisiens grâce à un plan de jeu cohérent. Bien organisés défensivement, les Verts ont longtemps mis en échec chaque offensive adverse, tout en s'attachant à ressortir proprement le ballon une fois celui-ci récupéré. Ils ont finalement craqué sur un éclair de génie signé Kylian Mbappé à la suite d'une succession d'erreurs individuelles, du dégagement manqué de Stéphane Ruffier au mauvais alignement de Mathieu Debuchy. 

ASSE PSG 2

Parmi les points positifs à retenir, il faut également souligner la belle prestation de Yann M'Vila et de Youssef Aït Bennasser. Ce n'était que la deuxième fois que les deux hommes étaient alignés ensemble au milieu de terrain, mais le duo semble avoir déjà trouvé ses repères et ses automatismes. M'Vila, dont la qualité de passe n'est plus à présenter, a brillé par ses relances et ses ouvertures, tout en interceptant de nombreux ballons. Dans un registre différent, un peu plus technique et provocateur balle au pied, Aït Bennasser a également rayonné dans l'entrejeu. Si elle continue sur sa lancée, cette association devrait donc constituer un sérieux argument pour les Verts dans la course à l'Europe. 

ASSE PSG 1

Pourtant, il est tout à fait légitime de ressentir une certaine frustration après cette courte défaite. Face à un PSG diminué et venu dans le Chaudron pour assurer le strict minimum, l'ASSE n'a montré aucune volonté de bousculer le champion en titre. Comme s'ils partaient vaincus d'avance, les Verts ont passé la majeure partie de la rencontre à défendre, en restant bien en place dans leur camp et en espérant un miracle en contre ou sur coup de pied arrêté. L'an dernier, les Verts étaient passés tout proche de battre Paris dans le Chaudron. Mais hier soir, le coeur n'y était pas. L'ASSE n'a jamais su emballer la rencontre et amener un peu de folie, afin de mettre réellement le PSG en difficulté. L'ambiance de Geoffroy-Guichard, moins bouillante qu'à l'accoutumée, s'en est d'ailleurs ressentie. Finalement, le match s'est achevé avec la sensation terriblement frustrante que les Parisiens n'avaient pas eu à forcer leur talent pour s'imposer. 

ASSE PSG 3

Ce constat pose une question de mentalité. Il n'est pas normal pour un club comme Saint-Etienne, qui aspire à jouer les premiers rôles en Ligue 1, de courber ainsi l'échine face au PSG, surtout à domicile. À un moment donné, si les Verts veulent légitimer leurs ambitions européennes, il va falloir montrer de la fierté et réussir à regarder les cadors du championnat dans les yeux. Avec zéro point face à Paris et Lyon cette saison, la troupe de Jean-Louis Gasset manque cruellement de référence dans les grands rendez-vous. Et c'est sans doute ce qu'il manquera à l'ASSE pour accrocher le podium, en fin de saison.

Capture d’écran 2019-02-18 à 17

 

Crédits photos : ASSE, le site officiel.

Posté par Antoine1708 à 17:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

10 février 2019

Retour vers le futur : Neal Maupay

Tous les mois, la rubrique "Retour vers le futur" vous fait découvrir le portrait d'un joueur lié à l'ASSE, en alternant anciens du club et jeunes du centre de formation. Ce troisième épisode prend place en Angleterre et plus précisément du côté de Brentford, où évolue aujourd'hui l'ex-attaquant stéphanois Neal Maupay. 

Formé à l'OGC Nice, le jeune avant-centre se distingue d'abord par sa précocité puisqu'il effectue ses débuts en Ligue 1 à l'âge de seize ans, en septembre 2012. Il est alors considéré comme un immense espoir du football tricolore. Deuxième plus jeune buteur de l'histoire du championnat de France, derrière Laurent Roussey, il multiplie les apparitions sous le maillot des Aiglons et marque à quatre reprises au cours de sa première saison professionnelle. Malheureusement, une grave blessure au genou va freiner sa progression. Ses statistiques commencent à stagner - seulement cinq buts au cours des deux saisons suivantes - et son temps de jeu fond comme neige au soleil, ce qui le pousse à changer d'air. Alors âgé de dix-neuf ans, le franco-argentin débarque à Saint-Etienne en août 2015.

Maupay 3

Pour ses débuts sous les couleurs stéphanoises, il délivre une passe décisive à Romain Hamouma contre Lorient, puis récidive lors de sa première titularisation quelques semaines plus tard face à Guingamp. Toutefois, malgré des qualités intéressantes et un potentiel certain, le jeune attaquant connaît une période compliquée ; barré par Robert Beric, Nolan Roux et bientôt Alexander Söderlund, il est relégué sur le banc et n'obtient qu'un temps de jeu extrêmement réduit. Il doit attendre le mois de janvier pour inscrire son premier but en vert - contre Raon-l'Étape en Coupe de France - et termine finalement la saison avec trois réalisations au compteur.

Maupay 1

L'été suivant, il est donc prêté au Stade Brestois afin de s'aguerrir en Ligue 2. Le pari s'avère payant pour l'ancien niçois, qui empile rapidement les buts sous ses nouvelles couleurs et obtient même le trophée de meilleur joueur du mois d'août. Ses prestations à la pointe de l'attaque brestoise contribuent grandement à la belle saison du SB29, qui échoue à quelques points du podium. Lorsqu'il revient ensuite dans le Forez, il découvre qu'il n'entre pas dans les plans du staff stéphanois et quitte définitivement Saint-Etienne, direction le club anglais de Brentford.

Maupay 4

En Championship, Neal Maupay trouve enfin un terrain propice à l'expression de ses qualités. Le petit attaquant de poche devient le principal atout offensif de son équipe et parvient à trouver régulièrement le chemin des filets. Avec douze buts et cinq passes décisives en championnat, il signe un premier exercice prometteur. La saison suivante sera celle de l'explosion. Il s'offre d'abord un doublé contre Rotherham, puis enchaîne avec six buts lors des cinq matches suivants et porte même le brassard de capitaine face à Leeds.

Maupay 2

Après 31 journées, il figure aujourd'hui au cinquième rang du classement des buteurs avec dix-sept réalisations. Le site spécialisé FourFourTwo l'a même choisi parmi ses cinq stars de la saison de Championship. Forcément, de telles performances ne passent pas inaperçu et plusieurs formations de Premier League surveilleraient attentivement le joueur de vingt-deux ans. Et si l'ancien stéphanois parvenait à conquérir le championnat le plus relevé au monde ? 

Posté par Antoine1708 à 12:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

31 janvier 2019

Nantes 1-1 ASSE : le compte-rendu

Le contexte.

Les Verts se déplacent à la Beaujoire ce mercredi pour y défier le FC Nantes dans une atmosphère très spéciale. Un hommage sera en effet rendu à Emiliano Sala, l'ancien attaquant des Canaris, tragiquement disparu la semaine dernière dans un avion à destination de Cardiff. En plus de ce contexte émouvant, l'ASSE devra également faire abstraction de ses deux dernières défaites au goût particulièrement amer - contre Lyon et Dijon - le tout au beau milieu d'une fin de mercato agitée par un mystère concernant Ole Selnaes. Les Stéphanois auront-ils les nerfs assez solides pour surmonter cette période compliquée ?

La compo.

Selnaes en instance de départ et Diousse prêté en Italie, Jean-Louis Gasset n'a donc pas d'autre choix que d'aligner Rémy Cabella aux côtés de Yann M'Vila dans l'entrejeu. Loïs Diony et Romain Hamouma en profitent pour s'inviter dans le onze de départ, tandis que Monnet-Paquet continue de dépanner dans le couloir droit en attendant le retour de Mathieu Debuchy.

Capture d’écran 2019-01-31 à 13

Le match en un mot : Émotion.

L'avant-match consacré à Emiliano Sala, les chants du public nantais, le bel hommage rendu au joueur argentin à la neuvième minute de jeu, les larmes de Vahid Halilodzic... Tous les ingrédients étaient réunis pour vivre une soirée bouleversante ce mercredi à la Beaujoire. Forcément, le football n'a pas tardé à passer au second plan, et cela a abouti à une prestation stéphanoise bien laborieuse. Après une entame intéressante, ponctuée par un corner rentrant de Khazri repoussé sur sa ligne par Dupé (6e), les Verts vont alors complètement s'endormir et offrir un bien triste spectacle. Multipliant les pertes de balle et ne parvenant plus à sortir de leur camp, ils ne se procurent plus la moindre occasion jusqu'à la mi-temps. Il faut attendre la seconde période - que les deux équipes disputent à dix suite aux expulsions simultanées de Yann M'Vila et de Fabio (45e+3) - pour voir Sainté retrouver des couleurs, et même parvenir à ouvrir le score. Après un échange avec Khazri, Cabella se présente en effet devant la cage adverse et ne tremble pas au moment de conclure (58e).

N-A 1

Avant ça, Stéphane Ruffier avait toutefois signé deux interventions décisives, d'abord en remportant son duel avec Coulibaly (47e) puis en détournant une tête de Diego Carlos (51e). En revanche, le portier stéphanois ne pourra rien sur l'égalisation nantaise signée Majeed Waris, après une contre-attaque éclair soulignant cruellement la lenteur de Neven Subotic (70e). En fin de rencontre, malgré les efforts répétés de Monnet-Paquet côté vert et le soutien de tout un stade côté canari, le score n'évolue plus et les deux équipes se séparent ainsi sur un match nul. Mais peu importe le résultat. Ce mercredi, l'essentiel était de rendre hommage à Emiliano Sala, et le FC Nantes peut s'estimer fier d'avoir accompli son devoir. 

N-A 2

Ce que l'on en retiendra...

La classe de Rémy Cabella, qui a eu l'élégance de ne pas célébrer son but et d'applaudir le public canari après la rencontre.

La discrétion de Wahbi Khazri, peu inspiré sur le plan offensif. Quand le tunisien n'y arrive pas, c'est toute l'équipe qui a du mal à se montrer dangereuse. 

La prestation bluffante de Kevin Monnet-Paquet, auteur d'une excellente seconde période à un poste inhabituel pour lui. Repositionné milieu défensif après l'expulsion de M'Vila, il a réalisé un travail colossal dans l'entrejeu et a multiplié les efforts pour soulager son équipe. Sa frappe lointaine échouant sur la barre transversale (66e) aurait été une belle récompense pour un joueur à l'état d'esprit irréprochable, véritable couteau suisse pour Jean-Louis Gasset. Capable de dépanner à n'importe quel poste, sans jamais décevoir et tout en mouillant le maillot à chaque sortie, "KMP" est décidément la parfaite incarnation des valeurs stéphanoises. 

N-A 3

Le niveau inquiétant de Neven Subotic, dont l'effroyable lenteur a notamment coûté l'égalisation nantaise. Cela devient malheureusement une habitude cette saison : le serbe est rapidement mis en difficulté dès que les adversaires de l'ASSE décident d'insister sur ses points faibles. 

L'arbitrage catastrophique de Franck Schneider, qui a décidé d'exclure le nantais Fabio et le stéphanois M'Vila pour une petite altercation comme il y en a sur toutes les pelouses de Ligue 1. Au-delà de cette décision incompréhensible, il a hâché la rencontre en sifflant de nombreuses fautes très légères contre les deux équipes, ce qui a considérablement nui à la qualité du jeu proposé.

Le tweet.

Si Wahbi Khazri n'a pas réussi grand-chose mercredi soir, il s'est néanmoins distingué en signant une tête magistrale sur un service impeccable du public nantais. 



Crédits photos : ASSE, le site officiel.

Posté par Antoine1708 à 15:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

17 janvier 2019

ASSE 2-1 OM : le compte-rendu

Le contexte.

C'est une semaine de gala qui attend le peuple vert en ce mois de janvier puisque l'ASSE s'apprête à recevoir l'Olympique de Marseille puis l'Olympique Lyonnais en l'espace de cinq jours au Stade Geoffroy-Guichard. En pleine confiance, les Stéphanois semblent parfaitement armés pour ces deux rendez-vous : l'équipe tourne bien, les victoires s'enchaînent et le podium se rapproche de journée en journée. Ce mercredi, c'est un adversaire à la dynamique complètement différente qui se présente dans le Chaudron. Les Marseillais n'ont en effet plus gagné depuis fin novembre et n'arrivent pas à s'extirper de la crise. Les Verts devront cependant faire le nécessaire pour éviter toute mauvaise surprise.

La compo.

On ne change pas une équipe qui gagne, voilà un proverbe que Jean-Louis Gasset a bien compris. L'entraîneur stéphanois reconduit son 3-5-2 particulièrement efficace ces dernières semaines, avec Kevin Monnet-Paquet et Gabriel Silva pour occuper les couloirs. De retour de blessure, Neven Subotic récupère sa place de titulaire en défense, tandis que Rémy Cabella, Loïs Diony et surtout Wahbi Khazri seront une nouvelle fois chargés de l'animation offensive. 

Capture d’écran 2019-01-17 à 19

Le match en un mot : Combat.

Revanchards et déterminés à renouer avec la victoire, les Marseillais imposent un sacré duel à leurs homologues stéphanois. La rencontre accouche ainsi d'un affrontement aussi intense que spectaculaire, au cours duquel les deux équipes se rendent coup pour coup. Après une première occasion pour Diony, incapable de convertir un centre parfait de Khazri (12e), ce sont en effet les visiteurs qui ouvrent le score grâce à une tête imparable de Strootman, idéalement servi par Thauvin (16e). Piqués au vif, les Verts repartent aussitôt à l'attaque et multiplient les situations chaudes devant la cage phocéenne, sans pour autant réussir à égaliser. Il faudra pour cela attendre la seconde période. Au retour des vestiaires, la rencontre repart sur le même rythme et Sainté ne va pas tarder à en profiter. Sur une ouverture splendide de M'Vila, Khazri se présente face à Mandanda et s'écroule après un contact avec le gardien marseillais. L'arbitre signale d'abord un hors-jeu avant d'être déjugé par l'assistance vidéo, qui confirme le pénalty et permet au tunisien d'égaliser (58e).

A-O 2

Curieusement, au lieu de remettre les Verts en confiance, ce but marque le début d'un long temps fort pour l'OM. C'est le moment choisi par Stéphane Ruffier pour revêtir ses habits de lumière. En repoussant deux tentatives de Thauvin (60e, 61e) puis en remportant son duel avec Ocampos (81e), le portier stéphanois maintient son équipe dans la rencontre. Et sous l'impulsion de son public, l'ASSE va terminer la partie en boulet de canon. Mandanda s'illustre en repoussant une lourde frappe de Khazri (80e) puis une reprise de Hamouma (87e), mais ne pourra rien faire sur l'ultime coup de génie du tunisien. D'une frappe surpuissante, Khazri loge en effet le ballon sous la barre transversale et fait chavirer le Chaudron de bonheur. Dans la douleur, les Verts prennent les trois points et grimpent sur le podium. Le derby de dimanche s'annonce bouillant !

Les tops.

Difficile de trouver les mots pour qualifier la prestation de Wahbi Khazri. Dans tous les bons coups, il s'est montré dangereux sur chacune de ses incursions dans le camp adverse et a été récompensé par un doublé magistral. Il a d'abord transformé un pénalty qu'il avait lui-même obtenu, avant d'arracher la victoire d'un incroyable boulet de canon du pied droit. Avec douze buts en vingt journées, l'ancien rennais affole les compteurs et prend la troisième place au classement des buteurs.  

A-O 1

L'autre homme fort de la victoire stéphanoise se nomme Stéphane Ruffier. Impuissant sur l'ouverture du score de Kevin Strootman, il a ensuite signé une seconde période de haute volée et s'est interposé à plusieurs reprises devant Lucas Ocampos et Florian Thauvin. 

Moins en vue mais tout aussi précieux, Loïc Perrin et Kevin Monnet-Paquet ont également joué un rôle important dans le succès stéphanois. Le capitaine des Verts a signé l'un de ses meilleures matches depuis bien longtemps, brillant par ses interventions défensives. Quant à l'ancien lorientais, il continue à s'épanouir au poste de piston droit et a fait preuve d'une activité débordante tout au long de la partie.

Les flops.

Pour ses retrouvailles avec son ancien club, Rémy Cabella a rendu une copie bien pâle. Méconnaissable, le meneur de jeu n'a jamais réussi à prendre le dessus sur ses adversaires directs et a concédé plusieurs pertes de balle dangereuses, comme sur ce dribble manqué dans l'axe du terrain à quelques minutes de la fin du match. 

Ciblé par le pressing marseillais, le duo M'Vila-Selnaes n'a pas connu son rayonnement habituel dans l'entrejeu. Les deux joueurs ont eu énormément de mal à exister dans les duels et à faire valoir leur merveilleuse qualité de passe. Malgré tout, même en étant moins convaincants qu'à l'accoutumée, le français et le norvégien ont réussi à se montrer décisif. C'est en effet M'Vila qui a lancé Khazri sur l'action du pénalty, tandis que le second but stéphanois est venu d'un mauvais dégagement marseillais consécutif à une ouverture de... Selnaes. 

A-O 3

Enfin, Gabriel Silva a beaucoup souffert face à Florian Thauvin dans son couloir gauche et son apport offensif est resté extrêmement limité. De son côté, Loïs Diony n'a pas démérité mais son énorme occasion manquée en début de rencontre vient logiquement ternir sa prestation. 

Le tweet.

La clameur du public, le claquement du filet, l'explosion du Chaudron... Voici le missile de Wahbi Khazri en version originale, sans les commentaires, pour savourer du mieux possible l'inspiration géniale du tunisien. 

 

Crédits photos : ASSE, le site officiel.

 

Posté par Antoine1708 à 20:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


01 janvier 2019

Les "Sainté Awards" de l'année 2018 !

C'est une année riche en émotions qui vient de s'achever pour les supporters stéphanois. Du mercato salvateur de janvier dernier au festival de Wahbi Khazri ces dernières semaines, en passant par le travail réalisé par Jean-Louis Gasset pour ramener le club sur le devant de la scène, 2018 aura été une vraie réussite pour les Verts. Et avant de se projeter sur 2019, prenons le temps de dresser un bilan de l'année écoulée. 

Match de l'année : ASSE 5-0 Lille.

Irrésistibles à Geoffroy-Guichard en 2018, les Verts ont construit leurs plus beaux succès de l'année dans le Chaudron, comme cette superbe victoire contre Lille en mai dernier. Ce jour-là, l'ASSE accueille le LOSC pour la dernière journée de la saison mais, malgré une fantastique remontée au classement, elle est quasiment assurée de terminer hors des places européennes. Peu importe, les Stéphanois veulent simplement honorer leurs supporters et clôturer leur excellente phase retour par une grande fête. Jonathan Bamba ouvre le score, Romain Hamouma signe un triplé, Kevin Malcuit marque contre son camp et, dans une ambiance des grands soirs, les Verts s'offrent un succès aussi écrasant que spectaculaire. Si l'Europe se dérobe finalement pour une histoire de différence de buts, le Chaudron savoure sa soirée et ovationne longuement ses héros. En l'espace de quelques mois, les Verts ont redoré le blason stéphanois. 

Awards 1

But de l'année : Wahbi Khazri contre Guingamp (2-1).

Arrivé cet été dans le Forez, Wahbi Khazri s'est imposé comme la meilleure pioche du club depuis bien longtemps. Talentueux, adroit et combatif, il est rapidement devenu indispensable à sa nouvelle équipe et a empilé les buts au cours des derniers mois. Le tunisien a notamment fait de Geoffroy-Guichard son terrain de chasse favori puisqu'il y a inscrit huit de ses neuf réalisations sous le maillot vert. Et cette histoire d'amour a commencé de la plus belle des manières ; dès la première journée de championnat, Khazri ouvre le score dans le Chaudron d'une somptueuse reprise de volée sur un centre de Loïs Diony. De quoi lancer idéalement la saison stéphanoise.

Joueur de l'année : Mathieu Debuchy.

De Yann M'Vila à Wahbi Khazri en passant par Ole Selnaes, les candidats à la victoire étaient nombreux pour cette distinction. Mais si un joueur incarne parfaitement le renouveau stéphanois en 2018, il s'agit bien de Mathieu Debuchy. En difficulté à Arsenal, le latéral droit débarque fin janvier à Saint-Etienne pour signer un contrat de six mois. Buteur à Amiens dès son premier match, il récidive quelques semaines plus tard contre Lyon - arrachant ainsi le point du match nul - puis face à Nantes et Strasbourg. Au-delà de son apport offensif symbolisé par ces quatre buts, Debuchy apporte toute son expérience et sa sérénité à l'arrière-garde stéphanoise. Sa demi-saison de très haut niveau lui permet logiquement d'intégrer la liste des réservistes français pour la Coupe du Monde.

À la fin du mois de juin, l'international tricolore prolonge son contrat de trois ans pour le plus grand bonheur de ses supporters. Un choix qui s'avère rapidement payant puisque Debuchy continue à enchaîner les prestations de haute volée. Impeccable défensivement, il signe également deux passes décisives et inscrit deux nouveaux buts. Mais en plus de ses performances, l'ancien lillois a surtout séduit le Forez par son état d'esprit irréprochable et sa capacité à mouiller le maillot. En avril dernier, contre Troyes, il termine le match malgré un coup au visage qui lui vaudra plusieurs points de suture après la rencontre. Plus récemment, il insiste pour rester sur le terrain face à Reims malgré une blessure au pied. Un tempérament de guerrier qui colle parfaitement aux valeurs stéphanoises et qui, ajouté à ses nombreuses qualités footballistiques, justifie pleinement ce titre de joueur de l'année.. 

Awards 3

Classement des buteurs stéphanois en 2018 (toutes compétitions confondues) :

1. Beric (11 buts).

2. Cabella, Khazri (9 buts).

4. Debuchy (6 buts).

5. Diony, Hamouma (5 buts).

7. Bamba (3 buts).

8. Monnet-Paquet, Kolodziejczak, Subotic (2 buts).

11. Diousse, Salibur, Gueye, Ntep, Maïga (1 but).

Au total, les Verts ont trouvé le chemin des filets à 61 reprises cette année, les buts contre leur camp de Kevin Malcuit (Lille) et Vincent Manceau (Angers) n'étant pas pris en compte dans le classement ci-dessus.

Equipe de l'année :

monOnze13758707be11fbedfff37cc3558a4c8a

Très belle année 2019 à tous les supporters des Verts !

Crédits photos : ASSE, le site officiel.

Posté par Antoine1708 à 16:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

24 décembre 2018

ASSE 3-0 Dijon : le compte-rendu

Le contexte.

Après deux résultats frustrants entachés de décisions arbitrales incompréhensibles, d'abord à Bordeaux (3-2) puis à Nice (1-1), l'ASSE retrouve le Chaudron ce samedi soir pour y accueillir le DFCO. Intraitables à domicile cette saison, avec six succès et deux nuls en huit rencontres, les Verts espèrent conclure l'année sur une bonne note et offrir une dernière victoire à leurs supporters. Pour cela, il leur faudra se défaire d'une formation dijonnaise en difficulté depuis quelques mois et de plus en plus proche de la zone de relégation. 

La compo.

Toujours confronté à de nombreux forfaits en défense, Jean-Louis Gasset reconduit son système en 3-5-2 en alignant Pierre-Yves Polomat et Kevin Monnet-Paquet dans les couloirs. Le jeune William Saliba obtient sa première titularisation à Geoffroy-Guichard tandis que, sur le plan offensif, Rémy Cabella et Wahbi Khazri effectuent leur retour de suspension. 

Capture d’écran 2018-12-24 à 00

 Le match en un mot : Récital. 

On joue la 13e minute de jeu lorsque Benjamin Jeannot se présente seul face à Stéphane Ruffier. L'attaquant dijonnais bute d'abord sur le gardien stéphanois, puis se heurte à un superbe retour de Loïc Perrin au moment de pousser le ballon au fond. Cet avertissement sans frais a le mérite de rappeler les Verts à l'ordre ; il s'agira finalement de la seule occasion adverse de la partie. Portée par ses cadres, l'ASSE prend les choses en main et se met alors à dérouler son football. La délivrance se fait pourtant attendre. Loïs Diony trouve le petit filet extérieur (16e), Wesley Lautoa dévie un centre sur son propre poteau (21e), puis Khazri croit marquer de la tête avant d'être signalé en position de hors-jeu (25e). Juste avant la mi-temps, l'arbitre de touche lève de nouveau son drapeau pour invalider un but de Monnet-Paquet, mais il est cette fois déjugé par l'assistance vidéo (42e). Les Verts ouvrent bel et bien le score et rentrent au vestiaire avec un léger avantage.

A-D 1

En seconde période, les hommes de Jean-Louis Gasset reviennent avec l'intention d'enfoncer le clou. Et si Cabella voit sa frappe effleurer la lucarne (46e), son acolyte Khazri ne se pose pas de question et expédie un boulet de canon sous la barre transversale (64e). Le meilleur buteur stéphanois permet ainsi à son équipe de faire le break. Quelques minutes plus tard, Polomat arme à son tour une tentative puissante mais le portier dijonnais reste vigilant (70e). C'est finalement Robert Beric, entré en jeu un quart d'heure plus tôt, qui vient tripler la mise de la tête en fin de rencontre (82e). Pour leur dernière sortie de l'année, les Verts s'imposent largement dans leur jardin en gardant leur cage inviolée. La formation stéphanoise termine la phase aller avec trente points en poche et une prometteuse cinquième place au classement. De quoi partir en vacances l'esprit tranquille, après une bonne fête au pied du Kop Nord. 

Ce que l'on en retiendra...

L'excellente prestation de Kevin Monnet-Paquet dans le couloir droit, récompensé par son premier but de la saison. Infatigable, il a multiplié les efforts, signé plusieurs retours défensifs et distillé quelques centres intéressants. Ce rôle de piston lui convient décidément à merveille. 

Le talent de Wahbi Khazri, une nouvelle fois buteur et plus que jamais leader offensif de l'ASSE. Avec neuf réalisations au compteur, le tunisien a d'ores et déjà égalé le meilleur total de sa carrière. Vivement 2019 ! 

A-D 2

Le double sauvetage de Stéphane Ruffier et Loïc Perrin en début de rencontre pour empêcher Dijon de prendre l'avantage. Mention spéciale pour le second nommé, auteur d'un match particulièrement rassurant.

L'intervention décisive de la VAR pour valider l'ouverture du score stéphanoise. C'est la première fois de la saison que l'assistance vidéo est favorable aux Verts, elle qui avait coûté tant de points depuis le début du mois d'août.

La classe de Yann M'Vila, qui a une nouvelle fois régalé le Chaudron de ses ouvertures millimétrées dont il a le secret. Deux d'entre elles ont d'ailleurs abouti aux buts de Monnet-Paquet et Khazri.

La justesse d'Ole Selnaes, qui a lui aussi dicté le tempo au milieu de terrain. Le norvégien en a profité pour signer sa cinquième passe décisive de la saison sur le troisième but de son équipe.

La prestation prometteuse du jeune William Saliba, qui s'affirme peu à peu comme le nouveau prodige du Forez. Une sérénité bluffante, des relances appliquées et des interventions pleines d'assurance ; le défenseur de 17 ans a tout d'un futur grand.

A-D 3

La disponiblité de Rémy Cabella, toujours aussi précieux par ses qualités techniques et sa capacité de percussion. S'il n'a plus marqué depuis le mois d'octobre, les statistiques de l'ancien marseillais ne refètent pas son influence dans le jeu de son équipe. 

Le retour en grâce de Pierre-Yves Polomat, placardisé en début de saison, qui a rendu une belle copie sur le côté gauche. Profitant des nombreuses blessures en défense, le latéral stéphanois vient d'enchaîner quatre titularisations sur les cinq dernières rencontres. 

Le tweet.

Lille surpris à domicile, Lyon et Montpellier qui se neutralisent, Nice et Marseille qui n'avancent pas... Si les Verts ont déroulé contre Dijon, leurs concurrents directs n'ont pas connu la même réussite, permettant ainsi à Sainté d'effectuer une belle opération au classement.

 

Crédits photos : ASSE, le site officiel.

Posté par Antoine1708 à 10:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

02 décembre 2018

ASSE 3-0 Nantes : le compte-rendu

Le contexte.

Après une semaine noire ponctuée d'une défaite à Lyon dans le derby et d'une élimination à Nîmes en Coupe de la Ligue, les Verts retrouvent le Chaudron ce vendredi pour un grand classique du championnat de France. C'est en effet le FC Nantes qui se présente dans le Forez en cette quinzième journée de Ligue 1. Invaincus à domicile depuis le début de la saison, les hommes de Jean-Louis Gasset n'ont pas le choix et doivent impérativement renouer avec le succès, sous peine de voir les places européennes s'éloigner. Il leur faudra néanmoins se méfier de Canaris séduisants ces dernières semaines et métamorphosés par l'arrivée de Vahid Halilhodzic sur le banc. 

La compo.

Ménagés contre Nîmes en milieu de semaine, Wahbi Khazri, Loïs Diony et Rémy Cabella font leur retour dans le secteur offensif et seront accompagnés par Romain Hamouma. En défense, l'absence de Loïc Perrin est toujours compensée par Timothée Kolodziejczak, qui prend place dans l'axe et laisse le côté gauche à Gabriel Silva. 

Capture d’écran 2018-12-01 à 14

Le match en un mot : Déclic.

Face à des Nantais manifestement venus défendre le point du match nul, les Verts mettent le pied sur le ballon et prennent le jeu à leur compte dès le coup d'envoi. Il ne faut pas attendre très longtemps pour assister à une première situation chaude, mais la tentative de Khazri en angle fermé termine dans le petit filet extérieur (3e). Si Yann M'Vila (6e) et Neven Subotic (8e) tentent ensuite leur chance sans parvenir à cadrer, c'est bien l'attaquant vedette des Canaris, Emiliano Sala, qui se montre le plus dangereux avec une frappe enroulée qui frôle la lucarne gauche de Ruffier (9e). Ce sera la seule occasion des visiteurs en première période. Plus tranchants dans les duels, plus conquérants dans l'état d'esprit et plus précis techniquement, les Stéphanois étouffent leurs adversaires et se rapprochent de l'ouverture du score. Pourtant, ni la reprise manquée de Cabella (27e), ni la frappe contrée de Hamouma (32e), ni même la nouvelle tentative de Subotic, esseulé à la réception d'un corner (34e), ne terminent leur course au fond des filets. Il faudra attendre la deuxième mi-temps pour voir l'ASSE faire la différence. 

A-N 1

Au retour des vestiaires, les Verts passent néanmoins tout proche de la correctionnelle puisque Boschilia inquiète Ruffier d'une frappe enroulée (52e) tandis que Pallois ne cadre pas sa tête à bout portant (61e). Mais les hommes de Jean-Louis Gasset restent les plus dangereux et la sortie sur blessure de Tatarusanu, le gardien nantais, porte un coup au moral de ses coéquipiers. Sur le premier dégagement de Maxime Dupé, son remplaçant, Khazri contre le ballon et croit ouvrir le score mais le but est refusé pour une main du tunisien (51e). Ce sont ensuite les deux latéraux stéphanois qui s'illustrent ; Mathieu Debuchy s'offre d'abord une remarquable action individuelle mais bute sur Dupé devant la cage (58e), puis Gabriel Silva s'infiltre à son tour dans la surface et expédie un ballon piqué à quelques centimètres du poteau (69e).

Le public du Chaudron commence alors à s'impatienter car la délivrance se fait attendre. Celle-ci viendra du banc de touche. Tous deux entrés en jeu, Yannis Salibur et Robert Beric font chavirer Geoffroy-Guichard lorsque le centre parfait du premier est impeccablement repris de la tête par le second (72e). Les Verts prennent enfin l'avantage et s'offrent une fin de match plus tranquille, d'autant qu'ils ne vont pas tarder à creuser l'écart. À l'angle de la surface nantaise, Wahbi Khazri signe un magistral coup franc direct et expédie le ballon au fond des filets (84e). Dans les dernières instants du temps réglementaire, une tête de Kolodziejczak sur corner (90e) viendra finalement clôturer une superbe prestation stéphanoise, sans doute la plus convaincante depuis bien longtemps. Séduisants dans le jeu et remarquables d'efficacité en fin de rencontre, les Verts remportent leur plus large victoire de la saison et tiennent enfin un match référence. De quoi lancer idéalement une semaine très importante, qui verra l'ASSE se déplacer à Bordeaux mercredi et accueillir Marseille dimanche soir. 

Les notes.

Homme du match : Yann M'Vila (8) : Quel régal de le voir jouer lorsqu'il évolue à ce niveau ! Un jeu de passe millimétré, une vision du jeu hors du commun et plusieurs interceptions rassurantes ; le métronome stéphanois a survolé les débats sur la pelouse du Chaudron. Toujours avec élégance, il a orchestré à la perfection le jeu de son équipe et a dicté le tempo de la rencontre. Lorsqu'il est dans un tel soir, ce sont tous ses coéquipiers qui en bénéficient. En un mot ? Maestro. 

A-N 2

Ruffier (5,5) : Très peu inquiété par des Canaris inoffensifs, il est néanmoins resté vigilant sur une tentative de Boschilia. Une soirée tranquille et un nouveau clean sheet pour le gardien du temple vert. 

Silva (6) : Auteur d'une copie très propre, il s'est distingué par une activité incessante et un apport offensif remarquable dans son couloir gauche. Il a d'ailleurs failli ouvrir le score sur l'une de ses incursions dans le camp nantais, mais son ballon piqué n'a fait qu'effleurer le poteau. 

Kolodziejczak (7) : Exemplaire sur le plan défensif, il a parfaitement contenu Sala et a récupéré de nombreux ballons dans les pieds nantais. Il a également brillé par la qualité de ses relances et s'est offert son deuxième but de la saison en toute fin de partie. Une récompense méritée qui couronne une prestation aboutie. 

Subotic (6) : À l'instar de son compère en défense centrale, il s'est montré particulièrement solide et n'a jamais été battu par les attaquants adverses. Il doit cependant faire attention à ses dégagement trop souvent imprécis. 

Debuchy (5,5) : Un ton en-dessous des autres défenseurs stéphanois, il a été transparent offensivement en première période. Mais l'international français a rectifié le tir au retour des vestiaires, s'est offert plusieurs occasions de but et a été impeccable sur le plan défensif.  

M'Vila (8) : Voir ci-dessus.

Selnaes (7) : Lorsque son duo avec M'Vila est performant à ce point, les Verts n'ont absolument rien à craindre. Brillant par sa sérénité, le norvégien a régalé le public stéphanois de ses ouvertures précises et de ses passes entre les lignes. Mention spéciale pour ses extérieurs du pied gauche, qui allient toujours l'esthétisme à l'efficacité. 

Cabella (5,5) : Gêné par le marquage individuel dont il a fait l'objet en première période, il a tout de même touché de nombreux ballons mais a multiplié les mauvais choix. Lorsque l'étau s'est desserré au retour des vestiaires, il s'est alors montré beaucoup plus inspiré et l'ASSE a retrouvé son meneur de jeu. 

Diony (4,5) : S'il a eu quelques situations à négocier sur son côté gauche, il n'est jamais vraiment entré dans son match et ne s'est pas montré très dangereux pour la défense adverse. Il a logiquement cédé sa place à Beric (non noté), qui s'est mué en sauveur lorsqu'il a ouvert le score quelques minutes seulement après son entrée en jeu. Peu utilisé cette saison, le slovène a néanmoins conservé toutes ses qualités de renard des surfaces.

A-N 3

Hamouma (non noté) : Auteur d'une première demi-heure intéressante, il s'est blessé à l'épaule après un contact violent avec Pallois et a été contraint de céder sa place avant la mi-temps à Salibur (6). Ce dernier a longtemps réalisé une entrée médiocre, avant de se réveiller en fin de match et de signer vingt dernières minutes de feu. Un superbe centre sur l'ouverture du score de Beric, un coup franc provoqué pour le bijou de Khazri et un corner déposé sur la tête de Kolodziejczak ; l'ex-guingampais a tout simplement été impliqué sur les trois buts des Verts.

Khazri (7) : L'attaquant tunisien est plus que jamais le leader offensif de son équipe. Très mobile, il a mené toutes les attaques stéphanoises et a fait énormément souffrir la défense nantaise par ses dribbles et ses déplacements. Il a été récompensé de ses efforts par un superbe coup franc direct en fin de rencontre, avant de recevoir une ovation du Chaudron lors de son remplacement par Monnet-Paquet (non noté)

Le tweet.

Une demi-volée magistrale contre Guingamp, deux enchaînements parfaits face à Monaco et un coup franc sublime ce vendredi soir ; Wahbi Khazri ne marque décidément jamais des buts normaux. 

 

 Crédits photos : ASSE, le site officiel.

Posté par Antoine1708 à 09:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

19 novembre 2018

Retour vers le futur : Bilal Benkhedim

Tous les mois, la rubrique "Retour vers le futur" vous fait découvrir le portrait d'un joueur lié à l'ASSE, en alternant anciens du club et jeunes du centre de formation. Après Pierre-Emerick Aubameyang en octobre, partons maintenant à la découverte de l'un des plus grands espoirs du club, le milieu offensif Bilal Benkhedim. 

Tout commence en 2013 lorsque le jeune franco-algérien, alors âgé de douze ans, signe un accord de non-sollicitation avec l’ASSE malgré la concurrence de plusieurs formations de Ligue 1. Originaire du sud de la France, il rejoint définitivement le Forez en juillet 2016, en provenance de l’Olympique d’Alès. Membre de la prometteuse génération 2001 en compagnie du défenseur William Saliba et du gardien Stefan Bajic, il fait ses débuts sous le maillot vert avec les U17 Régionaux de Razik Nedder, avant d'être promu au cours de la saison chez les U17 Nationaux de Jean-Philippe Primard. L'année suivante est ensuite celle de la révélation. Benkhedim devient l'un des cadres de son équipe, s'épanouit au poste de meneur de jeu et inscrit plus d'un vingtaine de buts en seulement quelques mois. Régulièrement appelé en Équipe de France U17, il est également surclassé à plusieurs reprises chez les U19, avec lesquels il remporte en janvier dernier un derby brûlant à Lyon en Coupe Gambardella. Doté d’un potentiel immense, il attire logiquement l’œil du staff stéphanois et signe son premier contrat professionnel le 13 février.

Benkhedim

Sur le terrain, le jeu de Benkhedim s’appuie surtout sur ses capacités techniques au-dessus de la moyenne. Capable d’évoluer en tant que milieu offensif axial ou excentré, il se distingue par ses dribbles, sa frappe de balle, ses qualités de percussion et sa vitesse d’exécution. Le jeune stéphanois est néanmoins encore trop tendre physiquement pour espérer s’imposer au plus haut niveau. Cette saison, il poursuit donc son apprentissage avec la réserve en National 2 - quatrième division française - où il se frotte au football d’adulte et a déjà disputé huit matches pour deux buts inscrits. Il a également honoré ses premières capes avec l’Équipe de France U18 à l’occasion du tournoi de Limoges en septembre dernier, remportant au passage le titre de meilleur joueur de la compétition. Depuis la fin de la saison passée, il s’entraîne au quotidien avec le groupe professionnel et avait ainsi participé à la préparation estivale sous les ordres de Jean-Louis Gasset, délivrant une passe décisive lors du match amical contre Andrézieux. Le jeune prodige de 17 ans avait notamment été mis à l'honneur par le compte Twitter du club, sur une vidéo où il rivalise avec Wahbi Khazri à l'exercice des coups francs.

Vous l’aurez donc compris, l’ASSE dispose avec Bilal Benkhedim d’un véritable phénomène et doit désormais prendre soin de sa pépite. L’accompagner dans son apprentissage, l’empêcher de griller les étapes et éviter qu’il ne se brûle les ailes ; voici les différents défis que devra absolument relever le club dans les prochains mois, sous peine de voir les cas Saint-Maximin et Bamba se répéter. À l’heure où les dirigeants martèlent que le centre de formation est la nouvelle priorité du projet stéphanois, un échec supplémentaire passerait très mal auprès des supporters. 

Posté par Antoine1708 à 19:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 novembre 2018

ASSE 2-0 Reims : le compte-rendu

Le contexte.

Après une folle victoire contre Angers le week-end dernier, l'ASSE accueille ce samedi soir le Stade de Reims avec la ferme intention d'aligner un second succès de rang devant son public. Juste avant la trêve internationale, les Verts se doivent en effet de prendre les trois points afin de préparer du mieux possible le derby qui se profile dans deux semaines du côté de Lyon. La tâche ne s'annonce néanmoins pas facile ; le valeureux promu champenois occupe une surprenante huitième place au classement et reste sur deux victoires consécutives face à Rennes et Monaco. 

La compo.

Pour la toute première fois de la saison, Jean-Louis Gasset peut s'appuyer sur un effectif au complet et se retrouve forcément obligé d'effectuer certains choix. De retour de blessure, Gabriel Silva devra ainsi patienter avant de récupérer sa place de latéral gauche, toujours occupée par Timothée Kolodziejczak, tandis que sur le plan offensif, Wahbi Khazri et Rémy Cabella seront accompagnés par Romain Hamouma et Loïs Diony, tous deux buteurs la semaine passée.

Capture d’écran 2018-11-10 à 19 

Le match en un mot : Étrange. 

Les Verts sont décidément bien pressés cette saison. Trente-quatre secondes avaient suffi à Rémy Cabella pour ouvrir le score face à Nîmes deux semaines plus tôt, il en a fallu cinq de plus à Mathieu Debuchy pour donner l'avantage aux siens ce samedi. Sur un coup franc obtenu par Romain Hamouma sitôt le coup d'envoi donné, l'international français a trouvé le chemin des filets de la tête alors que les Rémois n'avaient même pas encore touché le ballon. Pourtant, malgré ce départ idéal, les Stéphanois vont passer à côté de leur première période. Bousculés, malmenés, en manque d'inspiration, ils ne parviennent plus à se procurer la moindre occasion et il faut un Stéphane Ruffier attentif pour écarter plusieurs situations chaudes.

On se dirige alors vers la mi-temps avec un avantage au score plutôt flatteur pour l'ASSE... jusqu'à la 39e minute et une inspiration géniale d'Ole Selnaes. À l'entrée de la surface adverse, le norvégien intercepte le ballon et prend toute la défense à contre-pied pour délivrer un somptueux caviar à Wahbi Khazri. L'international tunisien ne se fait pas prier pour doubler la mise et inscrire son sixième but de la saison, le sixième à Geoffroy-Guichard. Aussi incroyable que cela puisse paraître, les Verts rentrent au vestiaire avec le break en poche. Le scénario est cruel pour les visiteurs. 

A-R 1

Au retour des vestiaires, l'ASSE va heureusement présenter un tout autre visage. Beaucoup plus appliqués, les Stéphanois développent un jeu séduisant et gèrent parfaitement leur avance au tableau d'affichage en monopolisant le ballon. Les occasions d'inscrire le troisième but se multiplient mais ni Hamouma, qui manque son contrôle en bonne position (73e), ni Selnaes, dont la tentative lointaine frôle le poteau (76e), ni Cabella, auteur d'une reprise de volée juste à côté (80e) et d'une frappe enroulée sur la transversale (90e), ne parviennent à tripler la mise. Dominés mais réalistes en première période, puis inspirés mais inefficaces en seconde, les Verts ont fait vivre un drôle de match et un scénario plutôt surprenant à leurs supporters. L'essentiel est néanmoins assuré ; l'ASSE conforte sa cinquième place et fait le plein de confiance à deux semaines du derby. 

Ce que l'on en retiendra...

Le tempérament de Mathieu Debuchy, touché au pied et proche de céder sa place après vingt minutes de jeu, mais qui a serré les dents et insisté pour rester sur la pelouse.

Le match taille patron d'Ole Selnaes, qui a régné en maître dans l'entrejeu et offert le second but sur un plateau à Wahbi Khazri.

A-R 2

L'assurance de Stéphane Ruffier, qui a repoussé tous les ballons dangereux passant à sa portée, soulageant parfaitement sa défense lors des temps faibles stéphanois. 

La malice de Romain Hamouma, qui a obtenu un coup franc bien placé dès le coup d'envoi, permettant ainsi à son équipe de prendre un départ idéal.

La première mi-temps catastrophique de Neven Subotic, qui a expédié plusieurs ballons faciles directement en touche, puis son impeccable seconde période beaucoup plus conforme à son statut.

La justesse technique de Rémy Cabella, toujours aussi précieux sur le plan offensif. 

Le retour de blessure de Gabriel Silva, qui a remplacé Loïc Perrin à la mi-temps et signé une excellente prestation dans le couloir gauche.

Le match compliqué de Loïs Diony, qui a fait preuve d'une grande maladresse dans le dernier geste malgré une combativité de tous les instants. 

Le réalisme glaçant de Wahbi Khazri, qui a trouvé le chemin des filets sur l'une de ses seules occasions de la rencontre, en plus d'un coup franc déposé sur la tête de Debuchy pour l'ouverture du score.

A-R 3

Le tweet.

Auteur de quatre réalisations lors du précédent exercice mais muet depuis le début de la saison, Mathieu Debuchy a attendu la semaine dernière pour retrouver le chemin des filets. Deux coups de tête rageurs contre Angers et Reims auront suffi pour que le latéral stéphanois retrouve son costume de buteur ! 

 

Crédits photos : ASSE, le site officiel.

Posté par Antoine1708 à 12:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,