Chaudron Vert

À l'attention des lecteurs sur mobile

La version mobile de Canalblog ne permettant pas d'avoir accès à la décoration et aux aspects visuels du blog, vous avez normalement devant les yeux un site à l'allure très neutre, de couleur bleue et blanche. Pour accéder au blog dans son apparence réelle, je vous invite à aller dans le menu déroulant situé en haut à gauche de votre écran et à sélectionner l'option "(version classique)". Bonne lecture !

Khazri

Posté par Antoine1708 à 18:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


08 mai 2019

Monaco 2-3 ASSE : il se passe quelque chose !

En s'imposant à Monaco pour la première fois depuis 2010, Saint-Étienne a fait un grand pas vers l'Europe et se prend désormais à rêver de podium. Rapidement menés au score, les Verts ont su réagir brillamment pour renverser une situation bien mal embarquée. Quelque chose de spécial est décidément en train de naître au sein de cette équipe. 

Sept matches, six victoires, un match nul, 19 points récoltés sur 21 possibles... L'ASSE tient un rythme de champion et marche sur l'eau depuis plusieurs semaines. Dimanche dernier, c'est Monaco qui a fini par succomber face à cette irrésistible déferlante stéphanoise. Pourtant, la soirée avait mal débuté au Stade Louis II. La tactique frileuse de Jean-Louis Gasset et le retour de la défense à cinq, l'entame de match ratée des Verts, l'ouverture du score monégasque, les cartons de Khazri et Debuchy synonymes de suspensions contre Nice... Tous les ingrédients ont d'abord été réunis pour que ce déplacement sur le Rocher tourne à la catastrophe. C'était sans compter sur la force de caractère de cette équipe, "allergique à la défaite" selon son coach.

ASSE Monaco 1

Portés par un immense Rémy Cabella, impliqués sur les trois buts stéphanois, les Verts ont offert une spectaculaire remontée à leurs supporters et ont donc poursuivi leur fantastique chevauchée vers l'Europe. De quoi se permettre les rêves les plus fous. Depuis quelque temps, l'ASSE dégage en effet une sérénité impressionnante et semble difficilement arrêtable. Le secret de cette réussite ? Un savant mélange entre tauliers expérimentés sachant garder leur calme en toutes circonstances - comme M'Vila, Perrin ou Debuchy - et jeunes pétris de talent apportant leur fougue à chaque apparition - Saliba et Nordin en tête. Grâce à l'intelligence de son entraîneur, qui sait tirer le meilleur de ses joueurs, Saint-Étienne a ainsi trouvé un équilibre idéal. Par-dessus tout, on sent un groupe qui vit bien, une bande de potes ayant envie de réussir une grande performance tous ensemble. Il n'y a qu'à voir les effusions de joie dans le vestiaire pour comprendre à quel point les Verts sont unis vers le même objectif.

ASSE Monaco 2

En outre, sur le Rocher monégasque, l'ASSE a également bénéficié d'un certain brin de réussite, de cette dose de chance qui accompagne immanquablement les plus grands succès. Entre Glik qui touche la barre transversale juste avant l'égalisation stéphanoise, l'aide involontaire d'un Ballo-Touré buteur contre son camp ou encore Nordin qui marque de la tête malgré son mètre soixante-dix, une bonne étoile semble veiller sur le Forez. Autant de signes qui laissent imaginer que c'est peut-être la saison ou jamais pour les Verts, revenus à un point du podium. Presque assuré de terminer au moins quatrième, Saint-Étienne peut désormais jouer l'esprit libéré et mettre la pression sur son voisin lyonnais. Et ce n'est pas l'élan optimiste parcourant les supporters qui risque de freiner l'élan des joueurs. L'ambiance du Chaudron lors des réceptions de Nice et Montpellier s'annonce complètement folle !

ASSE Monaco 3

 

Crédits photos : ASSE, le site officiel.

Posté par Antoine1708 à 18:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 mai 2019

Yann M'Vila, l'indispensable métronome

Si la plupart des médias ont souvent tendance à braquer leurs projecteurs sur Wahbi Khazri, le meilleur joueur de l’ASSE se trouve en réalité un peu plus bas sur la pelouse. Positionné au milieu de terrain, dans un rôle de meneur de jeu reculé, Yann M’Vila épate les supporters à chacune de ses sorties et s’est imposé comme la carte maîtresse du système de Jean-Louis Gasset. Focus sur un joueur qui a rapidement su conquérir le cœur du peuple vert. 

Nous sommes le 12 janvier 2018 et l'ASSE est dans la tourmente. Engluée au seizième rang du classement, elle enregistre alors la signature de Yann M'Vila, premier renfort d'un mercato hivernal salvateur. Les Verts ne le savent pas encore, mais ils viennent de mettre la main sur un joueur d'exception. Seize mois plus tard, voilà Sainté bien installé à la quatrième place, avec l'Europe en ligne de mire. Et M'Vila n'est certainement pas étranger à ce redressement spectaculaire. Considéré comme un immense espoir lorsqu'il évoluait à Rennes, il était devenu un cadre de l'Équipe de France (22 sélections), avant de gâcher son potentiel en enchaînant les mauvais choix de carrière. Exilé en Russie au Rubin Kazan mais également passé par l'Inter Milan et Sunderland, il a fini par revenir en France et s'épanouit aujourd'hui à Saint-Étienne.

M'Vila 1

Le milieu défensif s'est affirmé comme le maillon essentiel du système de Jean-Louis Gasset. Dans le milieu à deux du technicien stéphanois, il est aligné axe gauche pour se retrouver face au jeu avec son pied droit. Il peut ainsi régaler le public du Chaudron par sa qualité de passe. Jeu long, jeu court, ouvertures entre les lignes, transversales ou changements d'aile, M'Vila sait tout faire et se transforme alors en véritable chef d'orchestre. Dictant le tempo de la rencontre, il est rapidement devenu indispensable aux Verts et a gagné le surnom de "maestro" auprès des supporters foréziens. En octobre 2018, son entraîneur avait même déclaré au Progrès "Quand je fais mon équipe, je mets d'abord M'Vila et les neuf autres joueurs de champ ensuite"

Sur le plan défensif, l'international tricolore brille également par ses qualités de récupérateur, notamment grâce à sa maîtrise du tacle glissé. Mais surtout, ce qui a achevé de séduire le public de Geoffroy-Guichard, c'est son état d'esprit remarquable. Au-delà de son talent de footballeur, M'Vila se distingue par un comportement exemplaire. Mouillant le maillot à chacune de ses sorties et arborant un visage souriant à chaque entraînement, il sait aussi trouver les mots justes dans ses réactions d'après-match. En mars dernier, suite à la défaite piteuse des Verts à Marseille, il avait par exemple lâché : "On ne peut s'en prendre qu'à nous-mêmes, c'est désolant. On n'a pas la prétention de jouer l'Europe. On va la fermer, rester à notre place et bien penser à travailler à l'entraînement". Quelques mois plus tard, ce recadrage semble avoir porté ses fruits. Une preuve de plus que l'ancien rennais est désormais le nouveau patron de l'ASSE. 

M'Vila 2

Les supporters doivent néanmoins se faire une raison ; Yann M'Vila a le niveau pour évoluer dans un club au standing bien supérieur. Pourtant, le milieu de terrain se sent bien dans le Forez et entretient d'excellentes relations avec Jean-Louis Gasset. Si Sainté retrouve une Coupe d'Europe la saison prochaine, il se verrait bien poursuivre l'aventure sous le maillot vert. Les Stéphanois savent ce qu'il leur reste à faire...

 

Crédits photos : ASSE, le site officiel.

Posté par Antoine1708 à 14:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20 avril 2019

Retour vers le futur : Kenny Rocha-Santos

Tous les mois, la rubrique "Retour vers le futur" vous fait découvrir le portrait d'un joueur lié à l'ASSE, en alternant anciens du club et jeunes du centre de formation. Pour ce quatrième épisode, intéressons-nous à l'un des Verts les plus prometteurs du moment, le cap-verdien Kenny Rocha-Santos.

Auteur de son premier but en pro le 6 janvier dernier - contre l’Olympique Strasbourg en Coupe de France - le jeune milieu de terrain est un immense espoir du centre de formation stéphanois. Originaire du Cap-Vert et surclassé dès son arrivée dans le Forez, il signe son premier contrat chez les Verts en 2016, à l’âge de 16 ans, malgré l’intérêt de Manchester City. Capable d’évoluer relayeur ou meneur de jeu, il est apprécié de Christophe Galtier et débute en Ligue 1 le 26 février 2017, contre Caen à Geoffroy-Guichard. La même saison, il entre également en jeu à Auxerre, Monaco et Nancy.

Kenny 1

Pourtant, si le cap-verdien s’entraîne régulièrement avec l’équipe première et apparaît plusieurs fois sur le banc des remplaçants, il ne dispute plus la moindre minute chez les pros jusqu’en janvier dernier, et cette fameuse entrée décisive à Strasbourg. Aujourd’hui âgé de 19 ans, “KRS“ a obtenu ses premières convocations avec les Requins Bleus du Cap-Vert (2 sélections) et s’est imposé comme l’un des cadres de l’équipe réserve stéphanoise. En Coupe Gambardella, il redescend aider les U19 - dont il est le capitaine - et contribue grandement à l’excellent parcours des jeunes Verts, finalistes de la compétition. Il y brille par ses qualités de milieu complet, travailleur et habile techniquement, capable de dicter le jeu tout en harcelant l’adversaire.

Kenny 2

Récemment, les nombreuses absences en équipe première lui ont permis d’accumuler les apparitions sur les bancs de Ligue 1, et même d'entrer en jeu à Nantes, lors de la 22e journée. Reste à savoir si l’international cap-verdien saura s’imposer naturellement à moyen terme, ou si sa progression passera par un prêt en Ligue 2 pour gagner en expérience. Dans tous les cas, Kenny Rocha-Santos devrait sûrement faire parler de lui dans les années à venir. 

 

Crédits photos : ASSE, le site officiel.

Posté par Antoine1708 à 15:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

16 avril 2019

ASSE 3-0 Bordeaux : une victoire au goût d'Europe

Grâce à une excellente seconde période, les Verts ont largement dominé Bordeaux ce dimanche au Stade Geoffroy-Guichard. Bien installée au quatrième rang du classement, la troupe de Jean-Louis Gasset revient à trois points du podium et creuse l'écart par rapport à certains poursuivants. De quoi vivre une fin de saison passionnante dans le Forez.

Une bonne odeur de printemps flottait ce dimanche dans le Chaudron pour la réception des Girondins. Par cette après-midi ensoleillée d'avril, le stade était plein et le public stéphanois avait répondu présent, comme pour mieux porter ses protégés vers l'Europe, à quelques journées du terme du championnat. Dans une belle ambiance, les Verts ont pourtant eu du mal à entrer dans leur match. Gênés par l'agressivité et le pressing des Bordelais, ils n'ont pas réussi à mettre du rythme et à emballer la rencontre en première période. Il a fallu attendre le second acte pour voir enfin Saint-Étienne prendre la partie à son compte.

ASSE - Bordeaux 1

Bien aidés par la montée en puissance de ses cadres au retour des vestiaires, Yann M'Vila et Wahbi Khazri en tête, les Stéphanois ont ouvert le score sur un pénalty signalé par la VAR et transformé par l'attaquant tunisien (56e). À partir de là, tout a été beaucoup plus facile. L'ASSE a alors surclassé son adversaire du jour - diminué par plusieurs absences - et a logiquement alourdi le score par l'intermédiaire de Mathieu Debuchy, double buteur sur corner (74e, 90e). Ce n'est d'ailleurs pas anodin de voir le latéral stéphanois se muer en héros, lui qui incarne si bien les valeurs du club. Après un coup reçu au tibia en début de seconde période, il était sorti en boitant avec une entaille à la jambe, avant de serrer les dents pour terminer la rencontre. Ce doublé est une juste récompense pour un joueur combatif et généreux, à la mentalité exemplaire, toujours prêt à se sacrifier pour le collectif. 

ASSE - Bordeaux 2

En plus de Mathieu Debuchy, l'autre prestation à souligner est celle du jeune William Saliba en défense centrale. Malgré ses 18 ans, il a rendu une copie pleine de maîtrise, bluffant le public par la qualité de ses interventions et la propreté de ses relances. Indiscutablement promis à une grande carrière, le jeune français a dégagé une sérénité impressionnante, au point de bonifier ses partenaires puisque Loïc Perrin a semblé rajeunir à ses côtés. Enfin, saluons également l'excellent match de Rémy Cabella, parfois critiqué ces derniers temps, qui a porté le jeu stéphanois par ses dribbles inspirés et ses passes précises. 

ASSE - Bordeaux 3

En s'imposant nettement contre l'une de leurs bêtes noires, les Verts ont donc réussi une belle performance et mettent la pression sur l'Olympique Lyonnais, troisième de Ligue 1. Critiquée la semaine dernière pour son incapacité à franchir un cap et à saisir les bonnes opportunités au classement, l'ASSE n'a cette fois pas flanché et a brillamment rempli sa mission. Si l'objectif prioritaire reste évidemment d'accrocher l'Europa League, la proximité du podium commence à aiguiser les appétits stéphanois. Tant mieux pour la fin de saison !

 

Crédits photos : ASSE, le site officiel.

Posté par Antoine1708 à 15:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


09 avril 2019

Amiens 2-2 ASSE : rappel à l'ordre pour les Verts

Face à une équipe amiénoise luttant pour son maintien et réduite à dix à la demi-heure de jeu, Saint-Étienne s'est fait surprendre et a laissé filer deux points précieux dans la course à l'Europe. Trop nonchalants, les Verts ont pris une leçon de générosité et d'engagement par leurs adversaires. Cela doit leur servir d'avertissement ; aucun match ne sera facile en cette fin de saison. 

Un point arraché à la 95e minute est toujours un bon point, quelles que soient les circonstances atténuantes que l'on puisse trouver. Pourtant, il est tout à fait légitime de se sentir déçu par la prestation stéphanoise contre Amiens. Au Stade de la Licorne, les Verts ont confirmé un défaut récurrent ces dernières saisons : celui de flancher dès qu'une excellente opportunité se présente au classement. Après les défaites de Marseille et Lyon, Sainté pouvait en effet consolider sa quatrième place tout en se rapprochant du podium. C'est manqué, et les Stéphanois ne peuvent s'en prendre qu'à eux-mêmes. Après deux succès consécutifs, ils ont pris les Picards de haut et ont joué sur un rythme de sénateurs, attendant que la différence se fasse d'elle-même au lieu d'aller forcer la décision. Par excès de confiance, ils ont sans doute imaginé que jouer au petit trot suffirait à vaincre le dix-septième de Ligue 1, encore plus après l'expulsion de Jordan Lefort. Mais les Amiénois ont livré une prestation courageuse et ont montré qu'un résultat n'était jamais acquis dans le football. 

Amiens - ASSE (3)

À sa décharge, l'ASSE a touché les montants à trois reprises et a montré un visage beaucoup plus séduisant en fin de match, pour ramener un point précieux de Picardie. Mais cela ne suffit pas à effacer le sentiment de frustation liée à cette contre-performance. Les Verts devront s'en servir pour se remettre en question, notamment sur le plan individuel. Méconnaissable ces derniers mois, Neven Subotic fragilise par exemple l'équipe à chacune de ses sorties, ou presque. Son marquage hasardeux, sa lenteur et sa manie de dégager en catastrophe dès qu'un adversaire monte au pressing ont mis ses coéquipiers en mauvaise posture samedi soir. Il semble désormais impératif de donner pleinement sa chance au jeune William Saliba et d'installer définitivement Timothée Kolodziecjzak dans l'axe, quitte à aligner Pierre-Yves Polomat côté gauche.

Amiens - ASSE (2)

Quant à Rémy Cabella, son statut doit également être remis en cause. Même s'il arrache l'égalisation à la dernière seconde, cela ne fait pas oublier sa prestation décevante et son attitude plus qu'agaçante. RC7 est notamment fautif sur le second but amiénois, avec une passe trop molle à l'origine de l'action. Depuis le début de la saison, il a trop souvent mis en danger son équipe par des pertes de balle proches de son but. Heureusement, le staff stéphanois a peut-être trouvé en fin de rencontre la meilleure façon de l'associer à Wahbi Khazri, lorsque le tunisien s'est excentré côté gauche et que l'ancien marseillais a récupéré l'axe. C'est d'ailleurs une action de grande classe entre les deux techniciens qui a permis à Sainté d'arracher le match nul. 

Amiens - ASSE (1)

Vous l'aurez donc compris, c'est avant tout dans l'état d'esprit que les Verts ont déçu à Amiens. Nul doute que Jean-Louis Gasset saura recadrer ses troupes cette semaine à l'entraînement, et trouver les mots afin de repartir de l'avant dès le week-end prochain contre Bordeaux. Si les Stéphanois retiennent la leçon du Stade de la Licorne et s'en servent pour décrocher l'Europe, ce léger faux pas aura finalement été un mal pour un bien.

 

Crédits photos : ASSE, le site officiel. 

Posté par Antoine1708 à 09:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

02 avril 2019

ASSE 2-1 Nîmes : Robert Beric, l'homme providentiel

Grâce à une belle inspiration de son buteur slovène, Saint-Étienne a dominé le Nîmes Olympique ce lundi soir au Stade Geoffroy-Guichard, enchaînant ainsi un deuxième succès de rang en Ligue 1. À huit journées du terme de la saison, cette victoire acquise dans la douleur pourrait bien donner aux Stéphanois un nouvel élan sur la route de l'Europe. Le sprint final est lancé.

Le soulagement était palpable dans les travées du Chaudron au coup de sifflet final. Les Verts ont en effet attendu 79 minutes avant de prendre enfin l'avantage, face à des Nîmois particulièrements coriaces. C'est dire à quel point rien n'a été facile ce lundi soir, à commencer par le contexte tendu. Furieux du report de la rencontre, initialement prévue dimanche après-midi, les supporters stéphanois ont exprimé leur mécontentement par une grève des encouragements. Dans le Kop Nord, certains individus armés de sifflets ont même tout fait pour empêcher que le match n'aille à son terme, perturbant considérablement les vingt-deux acteurs de la partie. Dans cette ambiance étrange, l'ASSE a été cueillie à froid par ses visiteurs et Antonin Bobichon a rapidement ouvert le score de la tête (2e). Un peu plus tard, il a ensuite fallu contenir les nombreuses offensives adverses en seconde période, alors que le promu poussait pour inscrire un deuxième but. Heureusement, les Crocos sont tombés sur un immense Stéphane Ruffier, auteur de plusieurs parades déterminantes et bien aidé par sa barre transversale lorsqu'il a été battu par une tête d'Umut Bozok (63e). 

ASSE Nîmes 2

Toutefois, il serait exagéré de dire que la victoire stéphanoise n'est pas méritée. Après l'ouverture du score nîmoise, les Verts ont eu le mérite de se ressaisir rapidement. Ils ont d'abord multiplié les occasions de but sans parvenir à égaliser, la faute à une excellente prestation de Paul Bernardoni dans la cage adverse, avant de trouver finalement la faille par l'intermédiaire de Rémy Cabella. L'ex-marseillais a profité - pour le plus grand bonheur de Geoffroy-Guichard - d'une glissade de l'ancien lyonnais Jordan Ferri pour aller égaliser d'un joli ballon piqué (24e).

L'ASSE a ensuite poussé pour prendre l'avantage. Mathieu Debuchy a trouvé le poteau (28e), Romain Hamouma et Rémy Cabella ont manqué de justesse dans le dernier geste, tandis qu'Arnaud Nordin a mis le feu dans la défense nîmoise. En vain. Les Crocos se sont alors mis à rêver des trois points, se montrant de plus en plus dangereux, et c'est le moment qu'a choisi Robert Beric pour sortir de sa boîte. Sur un centre délicieux de Valentin Vada, le slovène a réalisé un magnifique extérieur du pied pour déposer le ballon au fond des filets (79e). Dans un contexte tendu, contre une équipe difficile à jouer, les Verts ont ainsi assuré l'essentiel et grimpent à la quatrième place.

ASSE Nîmes 3

Au rayon des prestations individuelles, nous aurions pu nous attarder sur les nombreux arrêts de Stéphane Ruffier, les dribbles inspirés d'Arnaud Nordin ou encore l'entrée décisive de Valentin Vada. Mais c'est surtout le geste de Robert Beric qu'il faut souligner. Peu en réussite pendant une grande partie de la rencontre, il a raté tout ce qu'il a entrepris, ou presque. Jusqu'à cette fameuse 79e minute, où il a donc exécuté le geste parfait. Comme souvent avec le slovène, c'est l'instinct du buteur, le flair du renard des surfaces qui a fait toute la différence. Ce n'est pas la première fois cette saison que les Verts s'en remettent à leur numéro 27 pour débloquer la situation. Dans la course aux places européennes, Saint-Étienne a trouvé son homme providentiel. 

ASSE Nîmes 1

 

Crédits photos : ASSE, le site officiel. 

Posté par Antoine1708 à 15:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

19 mars 2019

Caen 0-5 ASSE : un rebond tant attendu

Face à une pâle équipe caennaise, Saint-Étienne s'est offert samedi soir son plus large succès de la saison. En marquant cinq buts à l'extérieur malgré de nombreuses absences, les Verts ont fait le plein de confiance au meilleur des moments, juste avant la trêve internationale. De bonne augure à l'approche de la dernière ligne droite. 

Voilà bien longtemps que les supporters stéphanois n'avaient pas vécu une soirée aussi tranquille. Mis sur orbite par l'ouverture du score de Romain Hamouma (4e), les hommes de Jean-Louis Gasset ont rapidement corsé l'addition grâce à Robert Beric (20e) et Arnaud Nordin (30e), pliant ainsi la rencontre après une demi-heure de jeu. Les buts de Lamine Ghezali (85e) et Valentin Vada (90e+1) sont venus apporter en fin de match la dernière note d'une symphonie parfaite. En faisant preuve d'une grande maîtrise technique, les Verts ont surclassé leurs homologues normands tout au long de la partie. Alors certes, l'opposition était très faible. Auteur d'une prestation indigne de la Ligue 1, le Stade Malherbe est en grand danger pour sa survie dans l'élite. Mais ce n'est pas une raison pour minimiser la performance stéphanoise. 

Caen ASSE 1

Il n'est jamais évident d'aller défier à l'extérieur les formations luttant pour le maintien. Jusqu'à maintenant, aucune équipe n'avait réussi à inscrire cinq buts au Stade Michel-d'Ornano. L'ASSE a eu le mérite de respecter son adversaire et d'attaquer la rencontre avec sérieux et détermination. Privée de plusieurs cadres, elle a prouvé qu'elle était capable de trouver le chemin des filets en l'absence de Wahbi Khazri, mais aussi de se montrer solide défensivement sans Loïc Perrin ni Mathieu Debuchy. Après quelques semaines difficiles, et notamment trois défaites sur les quatre derniers matches, le groupe a affiché de belles ressources mentales. Cette victoire permet ainsi aux Verts de se remettre la tête à l'endroit juste avant la trêve internationale. Avec cinq buteurs différents, tout le monde a participé à la fête et la cohésion de l'effectif en ressort grandie. Ce n'est d'ailleurs pas anodin de voir Romain Hamouma s'illustrer en signant un but et deux passes décisives, lui qui peut être si talentueux lorsqu'il se décide à jouer dans le bon sens. 

Caen ASSE 2

Sur le plan comptable, il était également important pour l'ASSE de soigner sa différence de buts. Cette donnée peut s'avérer capitale en fin de saison et l'impact du festival offensif de samedi n'a pas tardé à se faire ressentir au classement. Les Verts ont en effet doublé le Stade de Reims alors que le promu champenois s'était également imposé ce week-end. Enfin, le dernier point positif de cette belle soirée a été la mise en lumière des jeunes espoirs stéphanois. Les nombreuses absences leur ont offert une chance de s'illustrer et ils ne l'ont pas manquée. Arnaud Nordin (19 ans) a ainsi marqué son premier but de la saison tandis que William Saliba (17 ans), aligné au poste de la latéral droit, a survolé la rencontre et confirmé ses immenses qualités. Entrés en jeu, Lamine Ghezali (19 ans) et Makhtar Gueye (21 ans) ont apporté toute leur fougue en fin de match, et le premier cité (à droite ci-dessous) a débloqué son compteur chez les pros suite à un bon travail du second. Une juste récompense pour l'un des plus grands espoirs du club, dont la progression avait été freinée par les blessures l'an passé. 

Caen ASSE 3

Après avoir traversé quelques semaines compliquées, les Verts ont donc réussi à se relancer à un moment idéal. Si certains supporters craignaient que le groupe explose mentalement et termine en roue libre, ils peuvent être rassurés : ce ne sera pas le cas. En renouant avec la victoire à deux mois de la fin du championnat, l'ASSE a attaqué son sprint final de la meilleure des façons. Dans la course à l'Europe, il faudra bel et bien compter sur les Stéphanois.

 

Crédits photos : ASSE, le site officiel.

Posté par Antoine1708 à 08:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

18 février 2019

ASSE 0-1 PSG : entre optimisme et frustration

Au lendemain de la défaite des Verts face à Paris, un débat agite les conversations entre supporters stéphanois et divise le Forez en deux camps. D'un côté, certains ne cachent pas leur déception après le match de l'ASSE, qui s'est contentée de bien défendre sans chercher à bousculer un PSG pourtant amoindri. De l'autre, les plus optimistes préfèrent positiver et souligner la bonne prestation collective des Verts. En réalité, les deux points de vue peuvent se défendre. Explications.

Commençons par voir le bon côté des choses. Dimanche soir, les Stéphanois ont rivalisé avec l'une des meilleures équipes européennes. Paris était certes privé de Cavani, Neymar et Verratti, mais son onze de départ ressemblait fortement à celui qui a battu Manchester United à Old Trafford mardi dernier. L'ASSE a su tenir la dragée haute à son adversaire du soir et contrarier les Parisiens grâce à un plan de jeu cohérent. Bien organisés défensivement, les Verts ont longtemps mis en échec chaque offensive adverse, tout en s'attachant à ressortir proprement le ballon une fois celui-ci récupéré. Ils ont finalement craqué sur un éclair de génie signé Kylian Mbappé à la suite d'une succession d'erreurs individuelles, du dégagement manqué de Stéphane Ruffier au mauvais alignement de Mathieu Debuchy. 

ASSE PSG 2

Parmi les points positifs à retenir, il faut également souligner la belle prestation de Yann M'Vila et de Youssef Aït Bennasser. Ce n'était que la deuxième fois que les deux hommes étaient alignés ensemble au milieu de terrain, mais le duo semble avoir déjà trouvé ses repères et ses automatismes. M'Vila, dont la qualité de passe n'est plus à présenter, a brillé par ses relances et ses ouvertures, tout en interceptant de nombreux ballons. Dans un registre différent, un peu plus technique et provocateur balle au pied, Aït Bennasser a également rayonné dans l'entrejeu. Si elle continue sur sa lancée, cette association devrait donc constituer un sérieux argument pour les Verts dans la course à l'Europe. 

ASSE PSG 1

Pourtant, il est tout à fait légitime de ressentir une certaine frustration après cette courte défaite. Face à un PSG diminué et venu dans le Chaudron pour assurer le strict minimum, l'ASSE n'a montré aucune volonté de bousculer le champion en titre. Comme s'ils partaient vaincus d'avance, les Verts ont passé la majeure partie de la rencontre à défendre, en restant bien en place dans leur camp et en espérant un miracle en contre ou sur coup de pied arrêté. L'an dernier, les Verts étaient passés tout proche de battre Paris dans le Chaudron. Mais hier soir, le coeur n'y était pas. L'ASSE n'a jamais su emballer la rencontre et amener un peu de folie, afin de mettre réellement le PSG en difficulté. L'ambiance de Geoffroy-Guichard, moins bouillante qu'à l'accoutumée, s'en est d'ailleurs ressentie. Finalement, le match s'est achevé avec la sensation terriblement frustrante que les Parisiens n'avaient pas eu à forcer leur talent pour s'imposer. 

ASSE PSG 3

Ce constat pose une question de mentalité. Il n'est pas normal pour un club comme Saint-Etienne, qui aspire à jouer les premiers rôles en Ligue 1, de courber ainsi l'échine face au PSG, surtout à domicile. À un moment donné, si les Verts veulent légitimer leurs ambitions européennes, il va falloir montrer de la fierté et réussir à regarder les cadors du championnat dans les yeux. Avec zéro point face à Paris et Lyon cette saison, la troupe de Jean-Louis Gasset manque cruellement de référence dans les grands rendez-vous. Et c'est sans doute ce qu'il manquera à l'ASSE pour accrocher le podium, en fin de saison.

 

Crédits photos : ASSE, le site officiel.

Posté par Antoine1708 à 17:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

10 février 2019

Retour vers le futur : Neal Maupay

Tous les mois, la rubrique "Retour vers le futur" vous fait découvrir le portrait d'un joueur lié à l'ASSE, en alternant anciens du club et jeunes du centre de formation. Ce troisième épisode prend place en Angleterre et plus précisément du côté de Brentford, où évolue aujourd'hui l'ex-attaquant stéphanois Neal Maupay. 

Formé à l'OGC Nice, le jeune avant-centre se distingue d'abord par sa précocité puisqu'il effectue ses débuts en Ligue 1 à l'âge de seize ans, en septembre 2012. Il est alors considéré comme un immense espoir du football tricolore. Deuxième plus jeune buteur de l'histoire du championnat de France, derrière Laurent Roussey, il multiplie les apparitions sous le maillot des Aiglons et marque à quatre reprises au cours de sa première saison professionnelle. Malheureusement, une grave blessure au genou va freiner sa progression. Ses statistiques commencent à stagner - seulement cinq buts au cours des deux saisons suivantes - et son temps de jeu fond comme neige au soleil, ce qui le pousse à changer d'air. Alors âgé de dix-neuf ans, le franco-argentin débarque à Saint-Etienne en août 2015.

Maupay 3

Pour ses débuts sous les couleurs stéphanoises, il délivre une passe décisive à Romain Hamouma contre Lorient, puis récidive lors de sa première titularisation quelques semaines plus tard face à Guingamp. Toutefois, malgré des qualités intéressantes et un potentiel certain, le jeune attaquant connaît une période compliquée ; barré par Robert Beric, Nolan Roux et bientôt Alexander Söderlund, il est relégué sur le banc et n'obtient qu'un temps de jeu extrêmement réduit. Il doit attendre le mois de janvier pour inscrire son premier but en vert - contre Raon-l'Étape en Coupe de France - et termine finalement la saison avec trois réalisations au compteur.

Maupay 1

L'été suivant, il est donc prêté au Stade Brestois afin de s'aguerrir en Ligue 2. Le pari s'avère payant pour l'ancien niçois, qui empile rapidement les buts sous ses nouvelles couleurs et obtient même le trophée de meilleur joueur du mois d'août. Ses prestations à la pointe de l'attaque brestoise contribuent grandement à la belle saison du SB29, qui échoue à quelques points du podium. Lorsqu'il revient ensuite dans le Forez, il découvre qu'il n'entre pas dans les plans du staff stéphanois et quitte définitivement Saint-Etienne, direction le club anglais de Brentford.

Maupay 4

En Championship, Neal Maupay trouve enfin un terrain propice à l'expression de ses qualités. Le petit attaquant de poche devient le principal atout offensif de son équipe et parvient à trouver régulièrement le chemin des filets. Avec douze buts et cinq passes décisives en championnat, il signe un premier exercice prometteur. La saison suivante sera celle de l'explosion. Il s'offre d'abord un doublé contre Rotherham, puis enchaîne avec six buts lors des cinq matches suivants et porte même le brassard de capitaine face à Leeds.

Maupay 2

Après 31 journées, il figure aujourd'hui au cinquième rang du classement des buteurs avec dix-sept réalisations. Le site spécialisé FourFourTwo l'a même choisi parmi ses cinq stars de la saison de Championship. Forcément, de telles performances ne passent pas inaperçu et plusieurs formations de Premier League surveilleraient attentivement le joueur de vingt-deux ans. Et si l'ancien stéphanois parvenait à conquérir le championnat le plus relevé au monde ? 

Posté par Antoine1708 à 12:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,